Les chrétiens marocains rêvent d’un « Maroc libre qui assume sa diversité religieuse »

« Nous renouvelons l’expression de nos aspirations aux libertés de base dont nous, chrétiens marocains, sommes encore souvent privés. […] Nous rêvons d’un Maroc libre qui assume sa diversité religieuse. » 

À quelques jours de la visite du Pape au Maroc, la Coordination des chrétiens marocains a publié une lettre à destination des autorités du pays. Cette association, composée d’anciens musulmans devenus chrétiens, appelle à la liberté de culte, dans un pays où ils sont largement minoritaires.

« Nous renouvelons l’expression de nos aspirations aux libertés de base dont nous, chrétiens marocains, sommes encore souvent privés. […] Nous rêvons d’un Maroc libre qui assume sa diversité religieuse. »

Leurs revendications concernent « la liberté du culte public », le droit au mariage ecclésial ou civil, les rites funéraires chrétiens ou encore l’éducation des enfants. Les « pressions » exercées sur les chrétiens sont également évoquées, notamment en ce qui concerne les anciens musulmans :

« Nous appelons aussi les autorités marocaines à ne plus faire subir des pressions aux Eglises officielles du pays. »

Les 30 et 31 mars prochain, le Pape rencontrera le roi Mohamed VI, pour une visite « placée sous le signe du développement du dialogue inter-religieux ». Si certains voient dans cette rencontre une « occasion historique », Zuhair Dukali, président de la Coordination des chrétiens marocains, ne révèle pas le même optimisme :

« Nous sommes heureux de la visite du pape, mais nous n’espérons pas beaucoup que sa visite puisse changer notre situation en tant que chrétiens. »

C’est dans ce contexte que l’Association marocaine de défense des droits des minorités religieuses appelle le Pape « à évoquer avec les responsables marocains, certaines violations visant des chrétiens ».

M.C.

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.