Les États-Unis tuent le chef d’Al-Qaïda en Afghanistan lors d’une frappe de drone

Une frappe de drones américains a tué le chef d’Al-Qaïda Ayman al-Zawahiri dans une cachette à Kaboul, a déclaré lundi le président Joe Biden, déclarant que « justice avait été rendue » aux familles des attentats du 11 septembre.

L’assassinat de Zawahiri est le plus grand coup porté à Al-Qaïda depuis que les forces spéciales américaines ont tué Oussama ben Laden en 2011, et remet en question la promesse des talibans de ne pas héberger de groupes militants.

Il s’agissait de la première frappe à l’horizon connue des États-Unis sur une cible en Afghanistan depuis que Washington a retiré ses forces du pays le 31 août de l’année dernière, quelques jours après le retour au pouvoir des talibans.

Les talibans ont condamné l’attaque du drone mardi, mais n’ont fait aucune mention de victimes ni nommé Zawahiri.

« La justice a été rendue et ce chef terroriste n’est plus », a déclaré Biden dans un sombre discours télévisé, ajoutant qu’il espérait que la mort de Zawahiri apporterait la « fermeture » aux familles des 3 000 personnes tuées aux États-Unis le 11 septembre 2001.

Zawahiri était considéré comme le cerveau qui dirigeait les opérations d’Al-Qaïda – y compris les attentats du 11 septembre – ainsi que le médecin personnel de Ben Laden.

Un haut responsable de l’administration a déclaré que l’Égyptien de 71 ans se trouvait sur le balcon d’une maison de trois étages dans la capitale afghane lorsqu’il a été visé par deux missiles Hellfire après l’aube dimanche.

« Nous avons identifié Zawahiri à plusieurs reprises pendant des périodes prolongées sur le balcon où il a finalement été frappé », a déclaré le responsable.

La maison se trouve à Sherpur, l’un des quartiers les plus riches de Kaboul, avec plusieurs villas occupées par des hauts fonctionnaires et des commandants talibans.

Le ministère de l’Intérieur des talibans a précédemment démenti les informations circulant sur les réseaux sociaux faisant état d’une frappe de drone, affirmant à l’AFP qu’une roquette avait frappé « une maison vide » à Kaboul, ne faisant aucune victime.

Tôt mardi, cependant, le porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid, a tweeté qu’une « attaque aérienne » avait été menée.

« La nature de l’incident n’a pas été révélée dans un premier temps », a-t-il déclaré.

« Les agences de sécurité et de renseignement de l’Emirat islamique ont enquêté sur l’incident et ont découvert dans leurs enquêtes préliminaires que l’attaque avait été menée par des drones américains. »

Grassément violé

Bien que Biden n’ait pas mentionné les talibans dans son allocution télévisée, le secrétaire d’État Antony Blinken a déclaré qu' »en accueillant et en abritant » Zawahiri, le groupe islamiste avait « gravement violé l’accord de Doha » qui a ouvert la voie au retrait américain.

Zabihullah, à son tour, a accusé Washington d’avoir rompu l’accord de 2020.

« De telles actions sont une répétition des expériences ratées des 20 dernières années et vont à l’encontre des intérêts des États-Unis d’Amérique, de l’Afghanistan et de la région », a-t-il déclaré.

Zawahiri, qui a grandi dans une confortable maison du Caire avant de se tourner vers le radicalisme violent, était en fuite depuis les attentats du 11 septembre.

Il a repris Al-Qaïda après la mort de Ben Laden et avait une prime de 25 millions de dollars américains sur sa tête.

La nouvelle de sa mort survient un mois avant le premier anniversaire du retrait définitif des troupes américaines d’Afghanistan, laissant le pays aux mains de l’insurrection talibane qui a combattu les forces occidentales pendant deux décennies.

Dans le cadre de l’accord de Doha, les talibans ont promis de ne pas permettre à l’Afghanistan d’être à nouveau utilisé comme rampe de lancement pour le djihadisme international, mais les experts estiment que le groupe n’a jamais rompu ses liens avec Al-Qaïda.

« Ce que nous savons, c’est que les hauts responsables des talibans Haqqani étaient au courant de sa présence à Kaboul », a déclaré le haut responsable américain.

Le ministre afghan de l’Intérieur, Sirajuddin Haqqani, dirige également le redoutable réseau Haqqani, un sous-ensemble brutal des talibans accusé de certaines des pires violences des 20 dernières années et qui a été décrit par les responsables américains comme un « véritable bras » des services de renseignement pakistanais.

À Sherpur, des habitants ont déclaré à l’AFP qu’ils pensaient depuis longtemps que la maison ciblée – entourée de hauts murs et de barbelés, et maintenant avec une bâche verte recouvrant le balcon où Zawahiri aurait été tué – était vide.

« Nous n’avons vu personne y vivre depuis près d’un an », a déclaré un employé d’un bureau voisin.

« Il a toujours été dans le noir, sans une seule ampoule allumée. »

Certains habitants avaient du mal à croire que Zawahiri se cachait parmi eux.

« C’est juste de la propagande », a déclaré à l’AFP Fahim Shah, 66 ans.

« Ils devraient montrer au peuple et au monde que ‘nous avons frappé cet homme et voici la preuve' », a ajouté Abdul Kabir.

Médecin devenu djihadiste

Zawahiri n’avait pas le charisme puissant qui a aidé Ben Laden à rallier les djihadistes du monde entier, mais a volontairement canalisé ses compétences analytiques vers la cause d’Al-Qaïda.

Pourtant, on pense que le groupe s’est dégradé depuis l’invasion américaine de l’Afghanistan, et le responsable de la Maison Blanche a déclaré que Zawahiri était « l’une des dernières personnalités restantes à avoir ce genre d’importance ».

L’organisation est « à la croisée des chemins », a déclaré Colin Clarke, chercheur au Centre Soufan.

« Malgré le leadership de Zawahiri, qui a minimisé les pertes d’AQ lors de la reconstruction, le groupe est toujours confronté à de sérieux défis pour l’avenir. D’une part, il y a la question de savoir qui dirigera Al-Qaïda après le départ de Zawahiri. »

Le père de Zawahiri était un médecin renommé et son grand-père un chef de prière à l’institut Al-Azhar du Caire, la plus haute autorité pour les musulmans sunnites.

Il s’est impliqué très jeune dans la communauté islamiste radicale égyptienne et a publié plusieurs livres qui, pour beaucoup, symbolisaient le mouvement.

Il a quitté l’Égypte au milieu des années 1980, en direction de la ville de Peshawar, dans le nord-ouest du Pakistan, où était basée la résistance à l’occupation soviétique de l’Afghanistan.

Des milliers de combattants islamistes affluaient en Afghanistan à l’époque, préparant le terrain pour la première rencontre de Zawahiri avec Ben Laden.

En 1998, il est devenu l’un des cinq signataires de la « fatwa » de Ben Laden appelant à des attaques contre les Américains.

Le moniteur djihadiste SITE a déclaré que certains militants remettaient en question la véracité du rapport selon lequel il avait été tué, tandis que d’autres pensaient que Zawahiri avait réalisé son désir de « martyre ».

La Rédaction (avec AFP)

Crédit image : Creative Commons / QuotePark

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.