Les familles des mineurs mexicains piégés prient pour un miracle

Des dizaines de sauveteurs se sont battus jeudi pour libérer dix travailleurs piégés dans une mine de charbon inondée dans le nord du Mexique, où des parents désespérés attendaient des nouvelles plus de 24 heures après l’effondrement.

Alors que la nuit tombait à nouveau dans l’État de Coahuila, les membres des familles pleuraient et se réconfortaient mutuellement, tandis que l’espoir de retrouver des survivants s’amenuisait d’heure en heure.

« Ce que nous voulons, c’est qu’ils récupèrent les corps », a déclaré Angelica Montelongo d’un air triste et fatigué, avant de reprendre espoir que son frère Jaime soit secouru.

« Mais bon, si Dieu le veut, non ? Vous devez avoir la foi qu’ils sont en vie », a-t-elle ajouté.

Des soldats, des secouristes et des chiens de sauvetage ont été déployés dans la mine d’Agujita, dans la municipalité de Sabinas, après la dernière catastrophe qui a frappé la principale région productrice de charbon du Mexique.

« Ce que je souhaite de toute mon âme, c’est que nous sauvions les mineurs », a déclaré le président Andres Manuel Lopez Obrador aux journalistes à Mexico.

« Nous ne devons pas perdre la foi. Nous ne devons pas perdre l’espoir », a-t-il ajouté.

Cinq mineurs ont réussi à s’échapper vivants après l’effondrement de mercredi et ont été emmenés à l’hôpital, a déclaré la coordinatrice nationale de la défense civile, Laura Velazquez, ajoutant que deux d’entre eux avaient reçu leur congé.

« Le temps est crucial ici », a-t-elle déclaré.

Les autorités ont déclaré que les trois puits de la mine descendaient à 60 mètres (200 pieds) et que l’eau à l’intérieur était profonde de 34 mètres.

« C’est compliqué », a déclaré Mme Velazquez.

Mais les autorités progressent et pompent l’eau « pour sauver les mineurs dès que possible », a-t-elle ajouté.

Peu d’espoir

Environ 230 membres de l’armée et du gouvernement ont été envoyés sur le site, à environ 1 130 kilomètres au nord de Mexico, a indiqué le ministère de la défense.

Plusieurs pompes ont été utilisées pour lutter contre les inondations, mais Mme Lopez Obrador a demandé à l’agence nationale de l’eau d’envoyer davantage de matériel.

« Malheureusement, il n’y a pas beaucoup d’espoir », a déclaré à Milenio TV Jose Luis Amaya, dont le cousin fait partie des personnes piégées.

Les experts et les proches ont dressé le portrait d’une profession précaire et pleine de risques, qui consiste à extraire le charbon des mines dont les normes de sécurité sont laxistes.

« Il y a toujours de l’insécurité professionnelle… et du danger », a déclaré Blasa Maribel Navarro, dont le cousin Sergio Cruz extrait du charbon depuis plusieurs années pour subvenir aux besoins de ses deux filles.

Navarro a dit qu’elle avait encore l’espoir de le voir vivant « parce que nous avons confiance en Dieu ».

Les mines construites de manière rudimentaire, comme celle qui s’est effondrée, manquent de renforts en béton pour protéger les travailleurs d’un effondrement, a déclaré l’expert en ingénierie Guillermo Iglesias.

Les mineurs « creusent un puits de deux mètres de circonférence et continuent à creuser jusqu’à ce qu’ils atteignent une petite couche de charbon », a-t-il déclaré à la radio locale.

La seule chose qui soutient la terre environnante est généralement un grand tube en plastique par lequel les travailleurs entrent, a-t-il ajouté.

Le gouvernement de l’État de Coahuila a déclaré que les mineurs effectuaient des travaux d’excavation lorsqu’ils ont heurté une zone adjacente pleine d’eau, provoquant l’effondrement et l’inondation du puits.

Coahuila a connu une série d’accidents miniers mortels au fil des ans. L’année dernière, sept mineurs sont morts lorsqu’ils ont été pris au piège dans la région. Le pire accident a été une explosion qui a coûté la vie à 65 personnes dans la mine de Pasta de Conchos en 2006.

Seuls deux corps ont été sauvés après cette tragédie et les familles n’ont cessé de demander aux autorités mexicaines de les récupérer.

La Rédaction (avec AFP)

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.