Info Chrétienne a besoin de vous

Chères lectrices et chers lecteurs, nous avons besoin de vous aujourd'hui.

Info Chrétienne est un service de presse 100% gratuit et sans publicité, notre survie dépend de votre soutien.

Cliquez maintenant ici pour faire un don maintenant pour soutenir Info Chrétienne.

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.

« Les garçons aussi  » doivent être sauvés de l’industrie du sexe

« Cela me met très en colère. L’ONU et d’autres ne reconnaissent pas le problème. Ils ne comprennent tout simplement pas le trafic sexuel d’hommes. »

Quand elles évoquent la traite des personnes, les Nations Unies parlent de « crime contre l’humanité« . Près de 80% des personnes victimes de cette traite sont exploitées sexuellement. S’il est vrai que les femmes sont majoritairement concernées, il est plus rare de considérer les 24% d’hommes qui en sont victimes. 1 victime de l’exploitation sexuelle sur 4 est un homme. Ou un petit garçon. Alors pourquoi ce silence autour de ces garçons ?

Un rapport de ECPAT « Et les garçons aussi » fait état du manque de reconnaissance de l’exploitation sexuelle des hommes et dénonce un problème culturel avec des filles décrites comme « vulnérables, faibles et victimes » et des hommes « forts, puissants ». Steven Procopio, directeur de la clinique Male Survivor, fait le même constat :

« Nous vivons dans une culture où les hommes sont les auteurs et les femmes sont les victimes, et il n’y a pas de zones grises. […] Les garçons apprennent que cela n’arrive qu’aux filles. Ceci est considéré comme un problème sexiste, spécifique au genre. »

Cette invisibilité des hommes est criante jusque dans les rapports statistiques. En 2008, le Bureau International du Travail estimait que 98% des victimes de la traite sexuelle était des femmes. Les garçons ne représenteraient donc que 2% des victimes. Hors, la même année, d’autres chercheurs déclaraient que les garçons représentaient environ 45% de la traite des enfants à New-York.

Jérôme Elan est un « survivant », un ancien enfant exploité sexuellement. Il est désormais le directeur de Trafficking in America et s’offusque de cette non-reconnaissance :

« Cela me met très en colère. L’ONU et d’autres ne reconnaissent pas le problème. Ils ne comprennent tout simplement pas le trafic sexuel d’hommes. »

Et si cette invisibilité est grave, c’est qu’elle empêche la prise en charge des victimes masculines. Les autorités les reconnaissant plus « déviants » sexuellement que victimes. Les rapports de police font état de victimes « accroc au sexe ». Sur un de ces rapports, la police notait cette incompréhension :

« Pourquoi ? Ne pouvait-il pas partir ? C’est un garçon. »

Tom Jones a été victime de l’industrie du sexe jusqu’à ses 15 ans. Quand il parle de ses années de maltraitance et de prostitution, il évoque son « époque de silence ». Tom n’a jamais demandé de l’aide et ne parlait pas de son traumatisme, alors maintenant il cherche à atteindre d’autres hommes victimes de ces abus.

« J’ai de la chance parce que je ne devrais pas être ici. Je mettais beaucoup d’attention et d’énergie à essayer de me suicider. »

Et c’est la honte et la culpabilité qui maintiennent ces garçons dans le silence. Faisant d’eux une population invisible de victimes isolées. Jérôme Elan évoque les craintes des victimes :

« Nous ne sommes pas enclin à dire que nous avons été violés dans notre enfance parce que nous craignons d’être ridiculisés. »

Plus d’un million d’enfants sont exploités dans le commerce sexuel chaque année. Steven, Jérôme et Tom continueront d’être la voix de ceux que l’on ne voit pas.

M.C.

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.