Les Juristes pour l’Enfance interpellent les députés au sujet du projet de loi bioéthique

Selon les Juristes pour l’Enfance, l »heure est à « une parole forte, généreuse, rassembleuse ».

L’
association pour la promotion et la défense des Droits de l’Enfant, Juristes pour l’Enfance, vient de publier un communiqué. Selon elle, la commission spéciale bioéthique, qui va selon elle « à rebours des attentes des Français ».

Plus de 7 Français sur 10 se disent contre le retour en urgence du projet de loi bioéthique autorisant la PMA Sans Père. Or, les députés reprennent les discussions sur le projet de loi bioéthique et la commission spéciale bioéthique se réunit à cette fin dès ce soir, lundi 29 juin. Dans ce contexte, l’organisation estime que l’heure est plutôt à « une parole forte, généreuse, rassembleuse ».

« Quand la France est endeuillée et meurtrie, nous devons cesser de nous diviser ; Quand 35 000 familles peuvent enfin se retrouver pour faire leur deuil, il faut le respecter et faire silence ; Quand tant et tant de salariés, d’indépendants, d’artisans, d’entrepreneurs, de jeunes, s’inquiètent de leur avenir, l’urgence est de les rassurer ; Quand le chômage partiel généralisé exige un sursaut de volonté à tous niveaux ; Quand ceux qui étaient applaudis tous les soirs, défilent de nouveau dans la rue ; Quand l’Etat peine à exercer sa fonction régalienne de police ; Quand la science vient elle-même de prouver ses limites face aux choses de la vie, c’est-à-dire un virus ; Nous sommes dans l’attente d’une parole, forte, généreuse, rassembleuse. »

L’Association Juristes pour l’Enfance interpelle les députés au sujet des points suivants :

  1. Alors que le Haut conseil du financement de la protection sociale annonce en 2020 une « rupture sans précédent pour la sécurité sociale » , comment l’assurance maladie aurait-elle les moyens de prendre en charge, à 100% qui plus est, des PMA pour des personnes fertiles quand certains malades du COVID n’ont pas été soignés faute de respirateurs ou de place dans les hôpitaux ?
  2. Quel est le monde d’après que législateur souhaite faire advenir : un monde peuplé d’enfants sans généalogie paternelle, qui fabrique des chimères humain/animal et organise la congélation des ovocytes pour réaliser tardivement un projet parental version troisième âge ?
  3. Nos députes veulent-ils vraiment la généralisation de la PMA, qui n’est autre chose que l’exploitation lucrative de la procréation humaine, faisant de l’humain la matière première et le consommateur d’un même marché ? Ne serait-il pas plus respectueux de l’humain de relancer les recherches publiques sur la restauration de la fertilité, actuellement au point mort ?

Pour ces juristes, la loi n’a pas à institutionnaliser l’effacement symbolique du père.

M.C.

Crédit Image : Jo Bouroch / Shutterstock.com

Sur ce sujet lire également :

Plus de 7 Français sur 10 contre le retour en urgence du projet de loi bioéthique autorisant la PMA sans père

Projet de loi bioéthique : Les Associations Familiales Catholiques demandent le retrait de la loi

Le collectif Marchons Enfants demande un report de l’examen du projet de loi bioéthique

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.