L’escalade de violence à l’encontre des manifestants continue au Myanmar

Les manifestations pacifiques pour protester contre le coup d’Etat continuent au Myanmar, malgré la violence des forces armées qui ont fait 38 morts mercredi, les birmans ne se laissent pas décourager. 

Au Myanmar, la population continue de manifester contre le coup d’Etat du 1er février dernier, bien décidée à se faire entendre et à rétablir la démocratie malgré les démonstrations de force de l’armée birmane.

Lors d’une conférence de presse en ligne, l’envoyée spéciale de l’ONU pour le Myanmar, Christine Schraner Burgener, a déclaré que 38 personnes avaient été tuées mercredi. Il s’agit donc de la journée la plus sanglante depuis le début du coup d’Etat, dépassant le nombre des 18 personnes tuées dimanche 28 février. Elle rapporte également que plus de 1 200 personnes sont en détention et que de nombreuses familles ne savent pas où se trouvent leurs proches, ni dans quel état ils sont.

Christine Schraner Burgener révèle que lorsqu’elle s’est entretenue avec les forces armées birmanes, les avertissant que les États membres de l’ONU et le Conseil de sécurité pourraient prendre des « mesures fortes » à leur encontre, ils ont répondu :

« Nous sommes habitués aux sanctions et nous avons survécu au temps des sanctions dans le passé. »

Malgré cette escalade de violence, les manifestants sont revenus dans les rues ce jeudi d’après Associated Press, bien décidés à voir la démocratie rétablie malgré les risques. L’envoyée spéciale de l’ONU pour le Myanmar a déclaré que l’armée est prise au dépourvu par la résilience et la détermination du peuple du Myanmar et la forte opposition dirigée par la jeunesse qui se met en place.

« Je pense que l’armée est très surprise que cela ne fonctionne pas parce que dans le passé, en 1988, 2007 et 2008, cela a fonctionné. »

Sur Twitter, le président français Emmanuel Macron a manifesté son soutien aux manifestants, déclarant que « la France appelle à mettre immédiatement un terme à la répression en Birmanie, à libérer les personnes détenues et à respecter les choix démocratiques du peuple Birman ». Un message qu’il a tweeté une seconde fois en birman.

C.P

Crédit image : Robert Bociaga Olk Bon / Shutterstock.com

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.