L’oeuvre des missionnaires de la Consolata en Argentine dans les bidonvilles, « parmi les plus pauvres »

« Nous avons compris combien sont vraies et significatives les paroles de Jésus lorsqu’Il dit qu’à chaque fois que nous aidons un pauvre, un nécessiteux, c’est Jésus Lui-même que nous aidons. »

Dans une déclaration à l’Agence Fides, Dietrich Pendawazima, le Vice-supérieur général des Missionnaires de la Consolata, s’est confié sur l’engagement et l’oeuvre missionnaire en Argentine.

Le père Pendawazima témoigne d’une situation sociale difficile où les missionnaires collaborent « à l’amélioration et à la promotion de la dignité humaine ».

« Ici, nous œuvrons dans les périphéries urbaines des grandes villes caractérisées par un fort taux de problèmes sociaux. Nous collaborons à l’amélioration et à la promotion de la dignité humaine au travers de l’instruction scolaire, de centres sanitaires et de formation professionnelle. »

Il insiste également sur l’importance de la sensibilisation des fidèles à la « condition missionnaire  » pour former plus de jeunes « appelés par Dieu à être missionnaires de la Consolata ».

Parmi les nombreux défis auxquels les missionnaires sont confrontés, le plus grand est au coeur de leur vocation qui est d’annoncer « Jésus là où les personnes ne le connaissent pas ». Pour mener cette mission à bien, ils n’hésitent pas à s’engager là où leur « aide est nécessaire ».

« Quels défis devons-nous relever là où nous sommes envoyés ? Nous prions et annonçons Jésus là où les personnes ne le connaissent pas. Il est nécessaire de partager la motivation de notre présence et l’expérience significative que le Seigneur nous permet de vivre. Le charisme missionnaire et l’esprit de notre fondateur, le Bienheureux Giuseppe Allamano, portent à nous engager là où notre aide est nécessaire. »

Dietrich Pendawazima explique qu’au début de leur mandat, les missionnaires se sont demandés comment ils pouvaient apporter leur contribution, c’est comme ça qu’ils se sont mis au service des plus pauvres. Une présence qu’ils jugent « significative ».

« Au début de notre présence en Argentine nous nous sommes posés cette question : en tant que missionnaires, comment pouvons-nous apporter notre contribution ? Connaissant la réalité dans laquelle nous commencions à faire nos premiers pas, après de nombreuses confrontations entre nous et avec d’autres missionnaires et agents pastoraux du Diocèse, nous avons estimé que notre présence ici était significative. Le lieu qui plus que d’autres avait besoin d’une présence missionnaire était les bidonvilles. Voila pourquoi nous avons commencé à être présents parmi les plus pauvre. »

Le père Pendawazima et les autres membres de la mission de la Consolata essaient d’adopter un style de vie proche de celui des personnes auprès desquelles ils interviennent. Un style de vie « simple, essentiel, sobre ».

« Nous cherchons, dans la limite du possible, de nous faire proches, d’adopter un style de vie simple, essentiel, sobre. Depuis le début, le Seigneur a mis sur n notre chemin de jeunes laïcs prêts à partager cette nouvelle mission avec nous : consacrés et laïcs ensemble pour l’annonce de la Bonne Nouvelle au milieu des plus pauvres. »

« La prière et le partage » sont au centre de leur mission comme le rappelle le Vice-supérieur général, une tâche qui « se réalise au travers d’activités concrètes où la priorité est constituée par la visite quotidienne à la population ».

En conclusion de son message, le père Dietrich Pendawazima évoque un enseignement de Jésus qui dit « qu’à chaque fois que nous aidons un pauvre, un nécessiteux, c’est Jésus Lui-même que nous aidons ». Des paroles « vraies et significatives » que les Missionnaires de la Consolata ont expérimenté « au cours de ces années » de service.

C.P

Crédit image : Alexandr Vorobev / Shutterstock.com

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.