Mais qui veut la peau des chiffres romains ?

Demain, ne verra-t-on plus de chiffres romains que sur les montres, les horloges et les affiches des suites de film américains ? Parlerez-vous de Louis 14 ou d’Henri 4 ?

Dans la foulée du musée du Louvre, qui a renoncé aux chiffres romains pour désigner les siècles il y a déjà quelques années de cela, le musée Carnavalet a déclaré ouverte la chasse aux chiffres romains. À tel point que la presse italienne s’est insurgée d’un tel abandon. Comme si même les chiffres arabes et les chiffres romains ne pouvaient décidément pas cohabiter…

Cette décision prise au nom d’une certaine définition de l’égalitarisme a tout d’un nivellement par le bas. En effet, la suppression des chiffres romains dans les cartels d’explications d’un musée laissent rêveur quant à la conception de la culture. « Ce choix correspond à des usages de plus en plus fréquents dans de nombreux musées à travers le monde, explique-t-on du côté du musée. À l’exception des pays latins, les chiffres romains ne sont pas lus par de nombreux habitants de la planète. » Et alors ? Comment des professionnels de la culture peuvent-ils en arriver à voir l’usage de chiffres romains dans des textes explicatifs comme des obstacles potentiels à la compréhension des œuvres et des expositions ? Pour Massimo Gramellini, écrivain et vice-directeur du Corriere della Sera, « cette histoire représente une synthèse parfaite de la catastrophe culturelle en cours : d’abord on n’enseigne pas les choses, puis on les élimine pour que ceux qui les ignorent ne se sentent pas mal à l’aise. »

Face au tollé, le Carnavalet s’est justifié sans pour autant faire volte-face : s’il privilégie les chiffres romains aux chiffres arabes dans son parcours, « pour les noms de rois, l’usage des chiffres romains a été conservé dans tous les textes du musée. » Ce qui n’a pourtant pas empêché la journaliste du Figaro qui s’y est rendu de croiser des Louis 15 et des Henri 4, « ce qui pique un peu les yeux »… Pour autant, même si Louis XIV ne sera pas immédiatement réincarné en Louis 14, c’est à l’abandon d’un pan de notre culture, de nos racines, des origines latines de l’Europe que l’on assiste au travers d’un tel choix. Les Inconnus, avec leur célèbre sketch sur la révolution française, auront donc, hélas, été visionnaires.

Judikael Hirel 

Source : Courrier International

Cet article est republié à partir de La Sélection du Jour.

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.