Manifestation au Bangladesh : Les minorités « vivent dans l’angoisse » et dénoncent les violences

« Même si le gouvernement essaie de nous donner l’espoir de justice, les minorités vivent dans l’angoisse. Pour mettre fin à la persécution des minorités, nous demandons la création d’une commission pour les groupes minoritaires et les sièges de réserve au Parlement. »

Samedi, à Dakha, capitale du Bangladesh, les minorités ont manifesté dans les rues. Ensemble, elles dénoncent les violences dont elles sont victimes et réclament la protection du gouvernement.

Parmi les 500 personnes issues des minorités, se trouvaient des hindous, des bouddhistes, mais aussi des chrétiens. Toutes pointent les violences des islamistes.

Selon le Bangladesh Hindu Buddhist Christian Unity Council et le Minority Watch, dix-sept personnes issues des minorités religieuses ont été tuées entre les mois de mars et septembre derniers, trente personnes ont été violées. Dix tentatives de meurtre et six tentatives de viol ont également été commises.

La secrétaire générale du Conseil de l’unité chrétienne bouddhiste hindoue du Bangladesh, Rana Dasgupta, estime que ces violences visent à chasser les minorités du pays.

Dans ce contexte, les minorités dénoncent l’échec du gouvernement à les protéger.

Le président par intérim du Bangladesh Hindu Buddhist Christian Unity Council, Nirmol Rozario, est chrétien. Il affirme que « les minorités vivent dans l’angoisse ».

« Même si le gouvernement essaie de nous donner l’espoir de justice, les minorités vivent dans l’angoisse. Pour mettre fin à la persécution des minorités, nous demandons la création d’une commission pour les groupes minoritaires et les sièges de réserve au Parlement. »

M.C.

Crédit image : Sk Hasan Ali / Shutterstock.com

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.