Marx et le manifeste… de l’église allemande [OPINION]

Qu’il soit théoricien, acteur ou chef cuisinier, le nom de Marx en impose. Cette voyelle unique et longue produit son petit effet à l’oreille. Quand il s’agit d’un homme d’église, celle-ci claque de manière encore plus décalée. Du reste, le cardinal Reinhard Marx, 69 ans, excelle dans l’art du contrepied. Lors du bicentenaire de la naissance de Karl (1818), l’archevêque de Munich « canonisa » son homonyme en affirmant que sans lui, « il n’y aurait pas eu de doctrine sociale de l’Église » et que « Le Manifeste du parti communiste est une très grande œuvre, écrite dans une langue de génie ». À Trèves (Rhénanie-Palatinat), le prélat se fit même prendre en photo au pied de la statue que venait d’offrir le régime chinois (!) à la ville berceau du marxisme. La droite allemande, pourtant bien peu clivante, s’étrangla un peu, certains y voyant une absolution donnée à l’un des pères de la violence politique contemporaine.

Mgr Marx est l’un des clercs les plus influents. Il présidait la conférence épiscopale allemande (2014-2020), organe de l’Église la plus riche d’Europe, et la Commission des épiscopats de la communauté européenne (COMECE, 2012-2018). Il appartient au « C9 », le conseil des cardinaux créé par le pape François en 2013 pour l’aider à gouverner.

Pourquoi parler de lui aujourd’hui ? Il y a un an tout pile, le 10 juin 2021, le saint père refusait sa démission. Mgr Marx la lui avait offerte pour « assumer la coresponsabilité de la catastrophe des abus sexuels », voulant créer un électrochoc pour un « nouveau réveil de l’Église ». Hasard du calendrier : cet anniversaire coïncide avec le séisme que provoque en France la décision romaine de suspendre les ordinations dans le diocèse de Fréjus-Toulon (Var) dirigé par Mgr Dominique Rey.

Confondre les deux affaires serait inepte, juger la seconde sur le fond aussi, aucune info n’ayant fuité. Mais comparer la France à l’Allemagne ne l’est pas. Les deux pays forment-ils le couple dont on parle tant ? Attachons-nous au seul catholicisme :

D’un côté, Mgr Reinhard Marx, figure de proue du progressisme germanique, est maintenu et soutenu malgré lui par l’institution vaticane. De l’autre, Rome désavoue brutalement Mgr Rey, égérie du conservatisme français.

Cette comparaison ne vaut que par la perception qu’elle suscite dans notre esprit : l’Église allemande, rebelle et subversive, est ménagée par le Vatican, tandis que le laboratoire de l’évangélisation, sorte de Californie du catholicisme en Europe, semble sanctionné. Ajouté au motu proprio restreignant la messe « en latin », une partie des ouailles françaises pense qu’on lui tape dessus, pendant que Rome chouchoute des schismatiques teutons.

Parlons-en justement : Mgr Marx cautionne le fameux chemin synodal lancé en décembre 2019. Cette assemblée mi-cléricale mi-laïque rendit en février à Francfort une série de propositions visant à faire de l’Église un synode permanent aligné sur l’État de droit et les nouvelles mœurs. La réforme la plus médiatique porte sur la morale sexuelle. « L’un des deux documents dit ‘d’action’ recommande au pape de procéder à une ‘précision et une réévaluation doctrinale de l’homosexualité’« , observe le site suisse Cath-Info. « La sexualité vécue entre personnes de même sexe n’est pas un péché et, contrairement à ce qui figure dans le catéchisme, ‘ne doit pas être jugée comme intrinsèquement désordonnée' », est-il écrit.

Ce chemin germanique diffère de celui emprunté par le catholicisme « latin ». La Suisse en est un bon exemple : la partie alémanique ne parle que d’inclusivité et de déconstruction. « On sort de la pièce mais il n’y a plus de pièce », résume le théologien helvétique Grégory Solari, joint par LSDJ. À l’inverse, la Suisse romande aspire à une foi plus ferme et plus missionnaire, sans esprit dialectique. « Ces catholiques-là, pourtant bienveillants à l’égard du synode, sont si refroidis par l’avant-gardisme alémanique qu’à tout prendre, ils préféreraient un retour à une église néo-tridentine », affirme Solari.

Par leurs excès, les « Allemands » risquent-ils de torpiller la démarche synodale cadrée par le pape François dans sa lettre de juin 2019 ? Cette église installée dans le confort concordataire et culturellement protestante est plus perméable aux injonctions du monde. Le fédéralisme la prive aussi d’une forme de grandeur et de combativité institutionnelle. Si le catholicisme français s’appauvrit matériellement, sa capacité à résister et à mobiliser est plus forte qu’outre-Rhin.

En tout cas, le 11 avril, quelque 74 cardinaux et évêques, majoritairement américains, signèrent une « lettre ouverte fraternelle » pour signifier leur « inquiétude croissante » devant le risque de schisme auquel l’Allemagne expose l’Église catholique.

On attend la réponse du Saint-Siège aux vœux du chemin synodal allemand. Toute précipitation ne ferait que donner de l’écho à ses revendications. C’est aussi peut-être pour cette raison qu’il n’y a pas non plus de Marx déposé… . Pour ne pas créer un vide que le pape ne saurait remplir et qui accroîtrait le malaise.

Louis Daufresne

Source : Cath-Info

Cet article est publié à partir de La Sélection du Jour.

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.