Migrants : L’appel du pape François contre l’indifférence face à cette « crise humanitaire qui nous concerne tous »

En visite à Lesbos ce dimanche 5 décembre, le pape François a lancé un vibrant appel à la solidarité avec les migrants. Il a notamment déclaré que c’est « Dieu que l’on offense, en méprisant l’homme créé à son image, en le laissant à la merci des vagues, dans le clapotis de l’indifférence ». 

Depuis le 2  décembre et jusqu’à ce lundi 6 décembre 2021, le pape François effectue un voyage apostolique à Chypre et en Grèce.

Dimanche, après avoir sillonné le Centre de réception et d’identification de Mytilène sur l’île de Lesbos cinq ans après sa première visite, François a une nouvelle lancé avec force un appel à la solidarité avec les migrants affirmant être « la voix des sans-voix ».

« Je suis là pour voir vos visages, pour vous regarder dans les yeux. Des yeux remplis de peur et d’attente, des yeux qui ont vu la violence et la pauvreté, des yeux embués par trop de larmes », a-t-il déclaré au début de son plaidoyer affirmant que dans le contexte de cette « crise humanitaire qui nous concerne tous », nous ne devons pas détourner notre regard de la souffrance.

Evoquant les nombreuses crises que le monde connait actuellement, dont le changement climatique et la pandémie, il estime que la question migratoire ne doit pas être ignorée car « ce n’est qu’en étant réconcilié avec les plus faibles que l’avenir sera prospère. Parce que lorsque les pauvres sont rejetés, c’est la paix qui est rejetée. Le repli sur soi et les nationalismes – comme l’histoire nous l’enseigne – mènent à des conséquences désastreuses ».

Faisant référence à la montée du populisme dans plusieurs pays d’Europe il a exhorté à lutter « à la racine contre cette pensée dominante, cette pensée qui se concentre sur son propre moi, sur les égoïsmes personnels et nationaux, qui deviennent la mesure et le critère de toute chose ».

François a également dénoncé les pays qui ne se sentent pas concernés par la crise migratoire, pointant « les conditions indignes de l’homme » dans lesquelles vivent aujourd’hui de nombreux migrants, dans des pays où selon lui, le « respect des personnes et des droits humains » devrait « toujours être sauvegardé, et la dignité de chacun passer avant tout ».

Si il reconnait que « les peurs et les insécurités, les difficultés et les dangers sont compréhensibles », il martèle que ce n’est pas « élevant des barrières que l’on résout les problèmes et que l’on améliore la vie en commun », mais plutôt « en unissant nos forces pour prendre soin des autres, selon les possibilités réelles de chacun et dans le respect de la loi, en mettant toujours en avant la valeur irrépressible de la vie de tout homme, de toute femme, de toute personne ».

« Il n’y a pas de réponses faciles aux problèmes complexes » a toutefois souligné l’évêque de Rome qui a encouragé à la mise en place d’un « processus de l’intérieur » notamment pour « favoriser une intégration lente et indispensable, afin d’accueillir les cultures et les traditions des autres de manière fraternelle et responsable ».

Le pape a ensuite appelé à ne pas détourner notre regard des images douloureuses, faisant référence en particulier aux enfants, « leurs petits corps gisants sur les plages ». « Ayons le courage d’éprouver de la honte devant eux, qui sont innocents et représentent l’avenir. Ils interpellent nos consciences et nous interrogent: ‘Quel monde voulez-vous nous donner ?' » a-t-il déclaré.

Enfin, François a affirmé avec force que c’est « Dieu que l’on offense, en méprisant l’homme créé à son image, en le laissant à la merci des vagues, dans le clapotis de l’indifférence » dénonçant les personnes et les idéologies qui justifient cette indifférence « au nom de prétendues valeurs chrétiennes ». « La foi, au contraire, exige compassion et miséricorde » a poursuivi le pontife.

En conclusion, le pape a remercié « le peuple grec pour son accueil » et sa générosité.

« Très souvent cet accueil devient un problème, car on ne trouve pas de voie de sortie pour les personnes, pour qu’elles aillent ailleurs. Merci, frères et sœurs grecs pour cette générosité. »

Camille Westphal Perrier

Crédit image : Riccardo De Luca – Update / Shutterstock.com

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.