Nigéria : Ils crient « Allah Akbar » et tuent une femme enceinte et six enfants

Une nouvelle attaque de bergers peuls dans l’État du Plateau cause la mort de 9 personnes et laisse 250 personnes déplacées sans ressource.

Dans les villages de l’État du Plateau, au Nigéria, l’heure est à l’incompréhension. Les locaux se demandent comment les bergers peuls peuvent-ils encore se déplacer malgré le confinement imposé à tous à cause de la pandémie de coronavirus. Mardi, leur attaque a causé la mort de neuf personnes. Parmi eux, une femme enceinte et six enfants.

Le 14 avril, des bergers peuls sont entrés dans le village de Hura-Maiyanga, dans l’État du Plateau. Une survivante, Hanatu John, témoigne auprès de Morning Star News.

« Ils nous ont attaqués, armés de machettes et de fusils AK-47. Ils ont attaqué notre village vers 20 heures. Ils criaient ‘Allah Akbar’ quand ils tiraient sur nos maisons. La plupart des familles étaient rentrées chez elles pour dormir lorsque ces hommes armés peuls sont entrés dans le village et ont tiré sur des maisons. Alors que les bergers nous tiraient dessus, nous sommes tous sortis en courant de nos maisons vers les buissons à proximité. Certains bergers nous ont poursuivis et ont tiré sur nous, tandis que d’autres incendiaient nos maisons. »

Dalyop Solomon Mwantiri, directeur du Centre d’émancipation des victimes de crises au Nigéria, confirme l’attaque et donne la liste des victimes. La plus jeune, Angela Daniel, n’avait que 3 ans. À ses côtés, Ishaya Yakubu, 7 ans, Aba Ibrahim, 6 ans, Stephen Ngwe, 7 ans, Talatu Daniel, 32 ans, enceinte, Sunday Biri, 45 ans, et Izhe Nkama, 43 ans.

Deux autres personnes ont été blessées. 33 maisons ont été incendiées. Désormais, 250 personnes sont déplacées, sans aucun moyen de subvenir à leur besoin. La plupart d’entre elles sont des femmes et des enfants.

Le révérend Ronku Aka déplore les attaques incessantes contre les communautés chrétiennes.

« Tant de gens ont été tués au cours des années, y compris l’attaque de la nuit dernière. Malgré les promesses du gouvernement à mon peuple, les bergers ont continuellement attaqué nos communautés. »

Des communautés qui restent solidement attachées à Dieu. Rose a perdu son mari, pasteur, le 6 avril, lors de l’une de ces attaques. Elle est enceinte et a déjà deux filles, Esther, 6 ans et Joy, deux ans. Sa prière est que Dieu touche le coeur de ces militants peuls.

« Ma prière est que ceux qui l’ont tué apprennent à connaître ce Jésus que je connais. Je leur pardonne et je prierai pour que le Seigneur sauve leur âme. […] C’est un appel de Dieu auquel nous avons tous les deux répondu et je continuerai ce travail et aucune attaque de bergers islamistes ne nous arrêtera ni ne m’arrêtera, même après sa mort. »

Au début du mois, le sénateur Isitifanus Gyang s’était levé pour appeler les forces de sécurité « à se lever et à assumer leur responsabilité principale qui est de sauver des vies humaines et des biens immobiliers ».

M.C.

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.