On achève bien les éoliennes

L’heure est au verdissement de l’économie, plus encore depuis les dernières victoires électorales, pourtant notamment dues à une abstention massive, de maires écologistes dans de grandes villes françaises.

Barbara Pompili s’est ainsi vue accorder le deuxième rang au protocole du nouveau gouvernement Castex. Mais en matière d’écologie, les bonnes intentions ne suffisent pas toujours. Notamment en ce qui concerne l’énergie dite propre, et en particulier les éoliennes. Pour répondre aux objectifs de transition énergétique de la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie, ce sont sans doute des dizaines de milliers d’éoliennes qu’il va falloir implanter dans l’Hexagone. Rien que pour compenser la fermeture de la centrale de Fessenheim, il en faudrait environ 3.000 de plus. Mais ces éoliennes sont-elles aussi écologiques qu’on l’imagine ?

En effet l’implantation des éoliennes pose deux soucis environnementaux majeurs. D’abord la composition même que suppose leur construction. En effet, une éolienne type représente un bien curieux cocktail : il faut compter environ 300 tonnes d’acier, et les émissions de CO2 que cela engendre, sans oublier celui généré par leur transport. À cela s’ajoutent 2,8 tonnes de terre rare, qui pose la question de la dépendance à la Chine, qui contrôle 97% des ressources. Quant au socle, il suppose de creuser pour implanter un vaste cercle de 1.500 tonnes de ferraille et de béton. De quoi stériliser le sol à jamais, d’autant plus que ces fondations seront juste recouvertes de terre, enfouies, si l’éolienne est démontée.

Mais le principale souci écologique se situe en fait du côté des pales de ces éoliennes géantes : constituées de 90 tonnes de matériaux composites, dont la fibre de verre, pour une plus grande efficacité, elles ne sont pas recyclables. Que deviennent-elles alors ? Elles sont enfouies, au sein de vastes cimetières à pales, au sein desquels ont les aligne côte à côte avant de les recouvrir de terre au bulldozer. Il faut dire que,au-delà de l’usure, le le nombre d’éoliennes d’occasion disponibles sur le marché excède la demande, et empêche tout recyclage d’une éolienne démontée en un autre point du globe… Selon les chiffres de Véolia, ce sont 50.000 tonnes de pales qui poseront des problèmes de rrecyclage en 2020. Outre-Atlantique, les premières images des cimetières de pales, notamment dévoilées par Bloomberg, ont fait débat. Lake Mills (Iowa), Sioux falls (Dakota du Sud) et Casper (Wyoming) ont en effet accepté de consacrer des sites à l’enfouissement de milliers de pales,  parfois longues comme un avion de ligne, chaque année. Elles contribueront à la pollution des sols pour les millénaires à venir. On achève bien les éoliennes…

Judikael Hirel

Source : Le Figaro

Cet article est republié à partir de La Sélection du Jour.

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.