[Opinion] Le plaidoyer de Michel Houellebecq contre l’euthanasie

Depuis La Carte et le territoire, on savait que le sujet lui tenait à cœur. Michel Houellebecq le prouve en publiant dans les colonnes du Figaro une tribune plus qu’explicite contre le projet de loi actuel visant à légaliser l’euthanasie : pour lui, « une civilisation qui légalise l’euthanasie perd tout droit au respect ».

 Avec son ton unique, l’écrivain concède que « les catholiques résisteront de leur mieux, mais, c’est triste à dire, on s’est s’est plus ou moins habitués à ce que les catholiques perdent à chaque fois. » Pour autant, estime-t-il, « les musulmans et les juifs pensent sur ce sujet, comme sur bien d’autres sujets dits «sociétaux» (vilain mot), exactement la même chose que les catholiques ; les médias s’entendent en général fort bien à le dissimuler. »

Pour l’écrivain, « les partisans de l’euthanasie se gargarisent de mots dont ils dévoient la signification à un point tel qu’ils ne devraient même plus avoir le droit de les prononcer. Dans le cas de la « compassion », le mensonge est palpable. En ce qui concerne la « dignité », c’est plus insidieux. (…) La dignité, on peut très bien vivre sans ; on s’en passe. Par contre, on a tous plus ou moins besoin de se sentir nécessaires ou aimés ; à défaut estimés »

Comme il le souligne également à très juste titre, « un élément de baratin habituel consiste à affirmer que la France est « en retard » sur les autres pays. L’exposé des motifs de la proposition de loi qui va prochainement être déposée en faveur de l’euthanasie est à cet égard comique : cherchant les pays par rapport auxquels la France serait « en retard », ils ne trouvent que la Belgique, la Hollande et le Luxembourg ; je ne suis pas franchement impressionné. » Au final, on le voit bien, l’euthanasie est bien une question d’argent.

Malgré les dénégations, « il y a pourtant bel et bien certains arguments sordides que l’on ne rencontre que chez des « économistes », pour autant que le terme ait un sens. C’est bien Jacques Attali qui a insisté lourdement, dans un ouvrage déjà ancien, sur le prix que coûte à la collectivité le maintien en vie des très vieilles personnes ; et il n’est guère surprenant qu’Alain Minc, plus récemment, soit allé dans le même sens, Attali; c’est juste Minc en plus bête. » On ne saurait contredire Michel Houellebecq sur ce point !

Judikael hirel

Source : Le Figaro 

Cet article est republié à partir de La Sélection du Jour.

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.