Pakistan : Le tribunal n’autorise pas Arzoo Raja à rejoindre sa famille

La Cour valide les accusations de viol sur personne de moins de 16 ans à l’encontre d’Ali Azhar, mais n’autorise cependant pas le retour d’Arzoo dans sa famille.

Une audience s’est tenue lundi à la Haute Cour du Sindh au sujet de la jeune adolescente chrétienne Arzoo Raja. Et la décision de la justice pakistanaise place les chrétiens dans le désarroi. La jeune fille ne retournera pas chez son ravisseur musulman Ali Azhar, mais elle ne retournera pas non plus dans sa famille.

Les juges ont demandé à ce que l’adolescente reste dans le centre qui l’a accueilli jusqu’à présent et n’ont pas autorisé son retour chez elle.

Saleh Diego, Vicaire général et Directeur de la Commission Justice et Paix de l’Archidiocèse de Karachi, déplore cette décision auprès de l’Agence Fides :

« Nous nous attendions à ce qu’elle soit confiée à sa famille. Par le passé, dans certains cas, les mineures avaient été restituées à leur famille. Le juge a ordonné de faire demeurer Arzoo Raja dans le foyer d’accueil où elle vit actuellement tant qu’elle le souhaitera. Nous demandons encore à la magistrature de confier la garde de la mineure à ses parents. Le tribunal devrait considérer qu’il s’agit d’une mineure qui a subi un violent traumatisme et se trouve sous pression après son enlèvement, sa conversion forcée et le mariage avec l’homme qui l’a violée. Nous demandons le respect de nos droits de citoyens pakistanais. »

Maître Jibran Nasir, avocat musulman chargé par les parents d’Arzoo Raja de suivre son cas, a cependant tenu à rappeler que « aucune décision n’a été prise en faveur du ravisseur ». Il ajoute que « la Cour a validé les accusations de viol sur personne de moins de 16 ans ».

« Le tribunal, lors de sa précédente audience, avait déclaré illégal le mariage et maintenues les accusations faites dans le cadre de la plainte déposée contre Azhar Ali. Après l’audience de ce jour, en application de l’article 375 § 5 du Code pénal du Pakistan, la Cour a validé les accusations de viol sur personne de moins de 16 ans, délit pouvant être puni par une réclusion criminelle à perpétuité ou par la peine capitale. La Cour a confirmé qu’Arzoo demeurera au foyer d’accueil et a ordonné au Ministère de l’Intérieur du Sindh de nommer une personne du Département d’Assistance sociale qui rencontrera la jeune fille pour une assistance psychologique et faciliter son parcours d’instruction. C’est un progrès dans la mesure où Arzoo Raja est sauve. Maintenant, nous ferons notre possible et présenterons un recours devant la Cour Suprême afin que la jeune fille retourne à vivre avec ses êtres chers. »

La famille d’Arzoo souhaite déposer un recours devant la Cour Suprême du Pakistan afin d’obtenir la garde de leur fille.

M.C.

Sur le même sujet, lire également :

Au Pakistan, le « projet de loi sur la protection des droits des minorités » pourrait changer la donne

Chrétiens, hindous et musulmans manifestent au Pakistan contre l’enlèvement, le mariage et la conversion forcés de la jeune chrétienne Arzoo Raja

Pakistan : La justice valide le mariage forcé de la jeune chrétienne Arzoo Raja, 13 ans

Au Pakistan, l’Église proteste contre la validation du mariage d’Arzoo Raja

La ministre des Droits de l’homme intervient en faveur d’Arzoo Raja au Pakistan

Arzoo Raja : « La police a sauvé la jeune catholique »

Arzoo Raja : La justice demande un rapport médical pour déterminer son âge

La justice pakistanaise juge le mariage d’Arzoo « précoce » et donc interdit par la loi

Au Pakistan, un mandat d’arrêt émis contre le mufti qui a célébré le mariage d’Arzoo Raja

 

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.