« Pas de compromis » : Le Pakistan rejette la résolution du Parlement européen sur le blasphème

Le gouvernement pakistanais rejette la résolution du Parlement européen et ne fera “pas de compromis” sur les lois sur le blasphème.

Le Parlement européen a adopté le 29 avril dernier une résolution relative aux lois sur le blasphème au Pakistan. L’augmentation des accusations de blasphème, notamment liée à l’affaire du couple de chrétiens, Shagufta Kausar et Shafqat Emmanuel, était au centre des débats, mais aussi les avantages commerciaux dont bénéficie le Pakistan dans le cadre du SPG+.

Le premier mai, Imran Khan, Premier ministre pakistanais, a tenu une réunion pour rappeler qu’il n’y aurait « pas de compromis » sur les lois sur le blasphème. Un avis confirmé par les ministres qui ont assuré que ces lois resteraient « intactes ».

La suppression du statut de SPG+, « régime spécial d’encouragement » dans le cadre du Système des Préférences Généralisées, « dispositif qui permet l’importation dans l’Union européenne de marchandises originaires de pays en voie de développement à taux réduit ou nul », pourrait entraîner la perte de 3 milliards de dollars pour le Pakistan.

Le monde des affaires pakistanais s’inquiète donc de cet absence de compromis. À l’instar d’Ahmed Chinoy, directeur de la Bourse pakistanaise et ancien président de l’Association des marchands de tissus du Pakistan, qui craint des nuisances portées à l’économie du pays.

« Les fabricants pakistanais n’auront d’autre choix que d’exporter des produits textiles et vestimentaires à un taux beaucoup moins élevé, ce qui signifie qu’ils devront licencier leurs travailleurs et réduire considérablement leurs salaires. Le gouvernement doit régler ce problème au lieu de recourir à une rhétorique émotionnelle. »

Craintes partagées par Qaiser Ahmed Shaikh, ancien président de la Chambre de commerce et d’industries de Karachi, qui évoque une situation déjà fragilisée par la pandémie.

« Plus de 18 millions de Pakistanais ont perdu leur emploi à cause de la pandémie COVID et d’autres pourraient être au chômage à la suite du retrait du SPG+. »

M.C.

Crédit image : A M Syed / Shutterstock.com

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.