Info Chrétienne a besoin de vous

Chères lectrices et chers lecteurs, nous avons besoin de vous aujourd'hui.

Info Chrétienne est un service de presse 100% gratuit et sans publicité, notre survie dépend de votre soutien.

Cliquez maintenant ici pour faire un don maintenant pour soutenir Info Chrétienne.

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.

PMA sans père et business de la procréation : La France devra acheter son sperme à l’étranger

La PMA sans père augmentera les besoins en gamètes et posera par conséquent la problématique éthique de l’achat de sperme à l’étranger.

Proposée dans le cadre de la révision des lois de bioéthique, l’ouverture de la procréation médicalement assistée à toutes les femmes posera inéluctablement la question du stock de gamètes. Aujourd’hui, alors que le recours à un tiers donneur ne représente que 5% des cas de PMA, il est déjà question de pénurie. Avec une PMA élargie aux couples de femmes et aux femmes seules, la situation deviendrait un « sujet d’inquiétude » certains professionnels.

Pour le professeur Rives, du Centre d’Études et de conservation des Oeufs et du Sperme (CECOS), il faudrait 3 à 4 fois plus de donneurs que ce que l’on a aujourd’hui.

« Nous ne sommes pas certains que nous aurons un nombre suffisant de donneurs pour répondre à la demande. Aujourd’hui, il y a environ 650 candidats au don pour 300 donneurs effectifs par an. Nous estimons qu’il faudrait arriver à 1000 ou 1200 donneurs annuels. »

Face à ce déficit en donneurs, Ludovine de La Rochère, présidente de La Manif pour Tous, évoquait au micro de France Info les solutions apportées dans les pays qui avaient étendu la PMA à toutes les femmes.

« Tous les pays qui ont étendu la PMA ont fini par, soit rémunérer les hommes, ce qui est absolument contraire au droit français, soit acheter des gamètes à d’autres pays. Alors comment on garantit que ce ne sera pas le cas. Quelles sont les garanties ? Quels sont les moyens ? Qui va contrôler ? Est-ce que les Français pourront suivre ce qu’il va se passer ? »

Porte-parole de l’association Juristes pour l’enfance, Aude Mirkovic faisait état de ce besoin inéluctable en donneurs.

« Les parlementaires ont-ils prévu de fournir leur sperme pour que leur loi puisse être mise en œuvre  M. Macron a-t-il l’intention de donner son sperme ? Il n’a rien annoncé en tout cas. C’est vous, les citoyens, qui allez être sollicités. »

Dites non à la PMA pour toutes en signant la pétition « Non à la PMA sans père ».
Découvrir, signer et partager la pétition en cliquant ici.

L‘Institut National d’Études Démographiques (INED) évoque ce « phénomène de recours transfrontalier« . Actuellement, dans l’Union Européenne, trois pays représentent à eux seuls près de 80% des dons d’ovocytes de l’UE. Il s’agit de l’Espagne, de la Grèce et de la République tchèque. Pour Élise de la Rochebrochard, directrice de recherche à l’INED, ce recours transfrontalier « soulève des questions éthiques sur son organisation ».

« Cette très forte concentration du don dans quelques pays, souvent de petite taille, soulève des questions éthiques sur son organisation. Pour répondre à la demande de la population européenne, ces pays doivent recruter un nombre important de donneurs qui ne peut reposer sur le seul altruisme de la population locale. Les donneuses pourraient alors en partie être des jeunes femmes en situation de fragilité économique, motivées par la compensation financière de 400 € à 2 000 € versée par les centres. »

Alors, face à cette marchandisation, l’experte s’interroge.

« Aujourd’hui, cet import de gamètes est très contrôlé. Certains centres pourraient-ils être tentés par un import illégal ? Nous espérons que cela ne sera pas le cas. Nous ne voulons pas devenir des distributeurs de paillettes de sperme, d’ovocytes ou d’embryons. En France, la PMA n’est pas un service. Aujourd’hui, dans certaines banques de sperme étrangères, il suffit de s’inscrire en ligne pour acheter des spermatozoïdes. On propose aux futurs parents de choisir le niveau d’études du donneur, sa taille, la couleur de ses yeux… Plus les critères sont nombreux, plus les paillettes sont chères. Ce système va contre l’intérêt de l’enfant. »

De la PMA pour toutes à la marchandisation du corps et l’eugénisme, il n’y aurait, semble-t-il, qu’un pas.

Aidez-nous à faire connaître la réalité et les enjeux de la loi sur la PMA pour toutes !
Faites un don pour soutenir Info Chrétienne en cliquant ici.

M.C.

Découvrez ci-dessous d’autres raisons de dire non à la PMA sans père :

12 000 êtres humains congelés au stade d’embryon seront détruits lors du passage de la loi sur la PMA pour toutes

François-Xavier Bellamy : Le choix de la PMA pour toutes « sera notre malédiction »

Pourquoi 2 000 médecins ont-ils signé un manifeste contre la PMA pour toutes ?

PMA pour toutes : les couples stériles seront les grands perdants de la nouvelle loi

Apologie de la GPA sur Sept à Huit en plein débat sur la PMA pour toutes

Comme Martin Luther King, Mgr d’Ornellas dévoile son « rêve » pour la société

Révision des lois de bioéthique : Quelle est la position de la Conférence des Évêques de France ?

« PMA sans père : attention danger ! », Jean-Frédéric Poisson appelle à manifester le 6 octobre

PMA pour toutes / TF1 s’interroge : Entre anonymat des donneurs et quête d’identité des enfants issus de dons

PMA pour toutes : Des pédopsychiatres dénoncent des études « conduites avec un objectif militant »

Débat : quatre raisons de s’opposer à la PMA pour toutes

Parce qu’un enfant a des droits mais qu’on n’a pas droit à un enfant, non à la PMA pour toutes

PMA sans père : la boîte de Pandore de l’eugénisme et de la marchandisation du corps

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.