PMA sans père : la boîte de Pandore de l’eugénisme et de la marchandisation du corps

Commercialisation des gamètes et diagnostic préimplantatoire, l’eugénisme et la marchandisation du corps humain sont au coeur du débat sur la PMA sans père.

[Article mis à jour le 16/10/19]

Au sujet des États généraux de la bioéthique, dans le cadre desquels la PMA pour toutes avait pris une part importante, le professeur Jean-François Delfraissy, président du comité consultatif national d’éthique, précisait « la non-marchandisation du corps humain fait consensus ». Mais si ce principe fait « consensus », la réalité semble toute autre.

Gilbert Collard présentait, dans un rapport sur la proposition de loi constitutionnelle visant à rendre constitutionnel le principe d’indisponibilité du corps humain, et au sujet de la question de la GPA, une réalité déjà aux prises avec « la marchandisation du corps ».

« Nous savons, que nous le voulions ou non, que la marchandisation du corps est devenue possible ; nous devrions tous avoir l’honnêteté de le reconnaître, quel que soit notre point de vue sur la question. »

Avec l’élargissement de la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, la demande en gamète sera démultipliée. La PMA sans père imposera de fait une pénurie prévisible en gamètes, qui imposera elle, inéluctablement, la question du commerce international des gamètes et la problématique de l’eugénisme. Au Danemark, par exemple, il vous est déjà possible de choisir votre donneur en fonction de sa photo, de la couleur de ses yeux, de ses passions, voire même de sa religion.

Jacques Testart, Docteur ès Sciences, Directeur de Recherche honoraire à l’I.N.S.E.R.M., et « père scientifique du premier bébé éprouvette français né en 1982 », estime que l’on a « négligé l’aspect eugénique du choix du donneur ». Il évoque un « eugénisme mou et consentuel ».

« La disposition de spermatozoïdes en relative abondance à partir de géniteurs soigneusement évalués, et leur conservation dans des banques de sperme, ont ouvert la voie de la sélection des donneurs puis de leur ‘appariement’ avec les femmes receveuses, initiant ce qui apparaît comme une nouvelle forme d’eugénisme, mou et consensuel. »

En 2018, Laurence Sailliet, alors porte-parole des Républicains, confirmait elle aussi le « risque d’eugénisme » en cas de commercialisation des gamètes.

« Oui, nous le maintenons, il y a un risque d’eugénisme s’il y a commercialisation des gamètes. »

Dites non à la PMA pour toutes en signant la pétition « Non à la PMA sans père ».
Découvrir, signer et partager la pétition en cliquant ici.

D’eugénisme il est également question dans le cadre du diagnostic préimplantatoire (DPI), qui permet de diagnostiquer d’éventuelles anomalies génétiques ou chromosomiques dans les embryons conçus par fécondation in vitro (FIV), autrement dit de réaliser un tri sur des êtres vivants. Depuis son autorisation en 1994, le DPI n’a eu de cesse d’étendre les possibilités de tri des embryons. Lors de la première loi de bioéthique en 1994, il a été autorisé pour « éviter la transmission à l’enfant d’une maladie d’une particulière gravité ». En 2000, « la transmission d’un risque pathologique » succède à « la transmission d’une pathologie ». Dès 2009, il est possible de « soumettre les embryons à la détection d’autres pathologies (trisomies) qui ne sont pas identifiées chez les parents ». Et selon le site d’actualité bioétique, Généthique, le DPI dépasse déjà ces limites à l’étranger.

« Le DPI est déjà utilisé ailleurs qu’en France pour le choix du sexe (exemple : USA) ou pour éviter certaines caractéristiques sans pronostic vital (exemple : strabisme en GB). En France, il permet d’éliminer des embryons porteurs de handicaps relatifs comme l’hémophilie ou de risques aléatoires de pathologies. L’évolution des usages proposés et/ou autorisés du DPI, dont il faut reconnaître qu’elle est plus lente en France que dans d’autres pays, progresse dans le même sens partout : celui d’une ouverture de plus en plus large des indications médicales justifiant le tri des embryons. Or, aucune nouvelle découverte scientifique ou innovation technique ne justifie chacune de ces ‘avancées’. »

Jacques Testart évoque cette « qualification d’eugénisme » en ce qui concerne le DPI.

« Il faut souligner l’efficacité sélective considérable du DPI par rapport aux pratiques eugéniques classiques, lesquelles visaient le choix des géniteurs. En effet, le génome de l’embryon est celui de la personne à venir tandis que les géniteurs ne portent que des éventualités de réalisation génétique. Pourtant, le qualificatif ‘eugénisme’ demeure vague jusque dans le code pénal qui définit comme crime social majeur ‘le fait de mettre en oeuvre une pratique eugénique tendant à l’organisation de la sélection de personnes’ mais sans définir cette pratique. »

Ce dernier en appelle à un « consensus international » autour de la limitation du DPI et évoque « l’honneur » que serait pour la France la défense de cette proposition.

« Nous pensons que la seule mesure sérieuse d’opposition à cette perspective consiste à limiter le DPI à un seul trait génétique pour l’ensemble des embryons conçus par un couple. […] Il reste qu’une telle mesure ne constituerait un garde-fou efficace contre l’eugénisme qu’à la condition d’un consensus international. Ce pourrait être à l’honneur de la France de défendre cette proposition. Mais le temps presse : chaque année qui passe avec son lot de ‘progrès’ fabrique aussi de l’irréversible. »

La PMA pour toutes annihilerait le principe constitutionnel de l’indisponibilité du corps humain, « principe essentiel du droit français » selon la Cour de cassation, ouvrant ainsi la voie à la marchandisation du corps.  La marchandisation du corps et l’eugénisme ne sont pas seulement l’apanage de la GPA. Force est de constater que ces problématiques s’imposent de fait dans le débat de l’élargissement de la PMA à toutes les femmes.

Aidez-nous à faire connaître la réalité et les enjeux de la loi sur la PMA pour toutes !
Faites un don pour soutenir Info Chrétienne en cliquant ici.

M.C.

Découvrez ci-dessous d’autres raisons de dire non à la PMA sans père :

12 000 êtres humains congelés au stade d’embryon seront détruits lors du passage de la loi sur la PMA pour toutes

François-Xavier Bellamy : Le choix de la PMA pour toutes « sera notre malédiction »

Pourquoi 2 000 médecins ont-ils signé un manifeste contre la PMA pour toutes ?

PMA pour toutes : les couples stériles seront les grands perdants de la nouvelle loi

Apologie de la GPA sur Sept à Huit en plein débat sur la PMA pour toutes

Comme Martin Luther King, Mgr d’Ornellas dévoile son « rêve » pour la société

PMA sans père et business de la procréation : La France devra acheter son sperme à l’étranger

Révision des lois de bioéthique : Quelle est la position de la Conférence des Évêques de France ?

« PMA sans père : attention danger ! », Jean-Frédéric Poisson appelle à manifester le 6 octobre

PMA pour toutes / TF1 s’interroge : Entre anonymat des donneurs et quête d’identité des enfants issus de dons

PMA pour toutes : Des pédopsychiatres dénoncent des études « conduites avec un objectif militant »

Débat : quatre raisons de s’opposer à la PMA pour toutes

Parce qu’un enfant a des droits mais qu’on n’a pas droit à un enfant, non à la PMA pour toutes

PMA sans père : la boîte de Pandore de l’eugénisme et de la marchandisation du corps

Un avis retentissant qui change radicalement la donne sur la PMA sans père

Papa (P)ride : « Nous sommes tous des pères scandalisés par le projet de loi sur la PMA »

Jean-Pier : « Non, être homosexuel ne nous donne pas des droits supérieurs, et surtout pas le droit à l’enfant »

7 raisons de manifester le 6 octobre contre la PMA pour toutes selon le philosophe Charles-Éric de Saint Germain

12 hauts fonctionnaires et universitaires appellent au retrait du projet de loi de bioéthique

Pour l’Académie de Médecine, « la conception délibérée d’un enfant privé de père constitue une rupture anthropologique majeure »

PMA sans père / Agnès Thill : « Cette société exclut les pères et mutile ses enfants »

PMA pour toutes : Blanche Streb répond aux questions d’Info Chrétienne

Hier la PMA, aujourd’hui la PMA pour toutes, demain la GPA pour tous ?

Mère blanche d’une enfant métisse issue de la PMA, elle porte plainte car son bébé ne lui ressemble pas

Aude Mirkovic répond aux questions d’Info Chrétienne au sujet de la PMA pour toutes

PMA sans père : le sort des embryons surnuméraires, on en parle ?

Les Associations Familiales Protestantes refusent la PMA pour toutes, le don de gamètes et la recherche sur les embryons humains

Projet de loi bioéthique : La GPA est bien là !

Parce que l’absence d’un père est toujours une tragédie même lorsque c’est un choix, non à la PMA sans père

Parce que l’inscription “mère et mère” sur l’acte de naissance est un mensonge orchestré par l’état, non à la PMA sans père

PJL Bioéthique : la mobilisation du 6 octobre traduit la forte inquiétude des Français

Y avait-il 74 500 ou 600 000 manifestants contre la PMA pour toutes dans les rues de Paris ?

La loi de bioéthique autorise la création d’embryons chimères, mi-animal, mi-homme

PMA pour toutes : La trisomie à l’épreuve du diagnostic pré-implantatoire

Inséminée avec le sperme d’un inconnu au lieu de celui de son mari, une mère donne naissance à une fille asiatique

En marche vers une humanité génétiquement modifiée avec le projet de loi bioéthique

Saviez-vous que les chercheurs savent créer des embryons « synthétiques », sans ovule ni spermatozoïde ?

PMA pour toutes / Agnès Thill dénonce un « déni de démocratie » : « Ils ont tout méprisé, et ils sont passés en force »

Elle a 73 ans, il en a 82, mais ils ont donné naissance à des jumelles en Inde grâce à un don d’ovocyte

Des milliers d’embryons perdus suite à la panne de cuves de stockage dans des centres de fertilité

Elle porte plainte car son enfant souffre de nanisme alors qu’elle avait choisi un donneur de sperme pour sa grandeur

600 000 personnes ont manifesté dans les rues de Paris contre la PMA pour toutes

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.