Info Chrétienne a besoin de vous

Chères lectrices et chers lecteurs, nous avons besoin de vous aujourd'hui.

Info Chrétienne est un service de presse 100% gratuit et sans publicité, notre survie dépend de votre soutien.

Cliquez maintenant ici pour faire un don maintenant pour soutenir Info Chrétienne.

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.

PMA sans père : le sort des embryons surnuméraires, on en parle ?

En France, 12 914 embryons sont conservés dans de l’azote liquide, en attendant d’être transférés dans un utérus, d’être donnés à la science, ou d’être détruits.

Alors que la commission spéciale de l’Assemblée nationale présentait au début du mois de septembre la révision du projet de loi bioéthique, des députés LR et Charles de Courson s’inquiétaient de la multiplication des « embryons surnuméraires » auprès de la ministre de la Santé Agnès Buzyn. Cette dernière précisait alors que 3000 embryons surnuméraires avaient été utilisés par la recherche et que 19 000 autres étaient « disponibles » pour celle-ci. Mais qui sont ces « embryons surnuméraires » et quel sort leur est-il réservé ?

Dans le cadre de la Procréation Médicalement Assistée (PMA), le nombre d’embryons produits par fécondation in vitro et transférables à l’utérus, est supérieur au nombre d’embryons effectivement transférés. En France, dans la plupart des cas, pour éviter les risques induits par les grossesses multiples, seul un voire deux embryons sont transférés. Les embryons non transférés sont ensuite congelés. On parle de cryoconservation. Conservés dans des cuves d’azote à -196 degrés, ils attendent de faire l’objet d’un projet parental. Et nombreux, parmi ces embryons surnuméraires, ne feront plus jamais l’objet d’un projet parental. Parce que la grossesse désirée par le couple a abouti, ou qu’au contraire il renonce à une nouvelle tentative, voire ne respecte plus les conditions légales qui lui donnaient l’accès à la PMA.

Dites non à la PMA pour toutes en signant la pétition « Non à la PMA sans père ».
Découvrir, signer et partager la pétition en cliquant ici.

Y a-t-il une vie après la cryoconservation pour un embryon qui ne fait plus l’objet d’un projet parental ? Pour certains de ces embryons, non. Ils sont alors détruits par arrêt de la congélation.

Pour d’autres, oui. Parmi ces embryons congelés, certains feront l’objet d’une « cession d’embryon », comprenez un don à un autre couple engagé dans le parcours de la PMA. D’après, les Centres d’Etudes et de Conservation des Oeufs et du Sperme (CECOS), « 12 914 embryons (issus de 3 902 couples) sont potentiellement proposés à l’accueil ». En matière d’accueil d’embryon, l’offre est supérieure à la demande. De 2009 à 2013, seuls 535 embryons ont été accueillis.

Autre possibilité, les embryons surnuméraires peuvent être donnés à la recherche depuis la loi de bioéthique de 2004. La loi du 6 mai 2013 a autorisé la recherche sur l’embryon et les cellules souches. Ces embryons ne sont donnés à la science qu’avec le consentement du couple. Ils feront l’objet de « recherche fondamentale », destinée à comprendre le développement précoce de l’embryon, et , éventuellement, les perturbations de ce fonctionnement. Mais aussi de « recherche préclinique », afin de développer de nouvelles méthodologies et procédures pour des utilisations à visée thérapeutique.

Les embryons surnuméraires ne sont pas les seuls destinés à la recherche. L’INSERM précise que c’est aussi le cas des embryons qui présentent des anomalies précoces de leur développement, ou pour lesquels le diagnostic préimplantatoire a révélé une altération génique ou chromosomique. In fine, ces embryons ne seront pas transférés dans un utérus, et seront détruits, sauf dans le cas des recherches menés à l’occasion d’une PMA, et ce depuis 2015, et dans le respect de certaines conditions.

Actuellement, les embryons utilisés par la recherche sont conservés pendant 7 jours en France, 14 jours dans d’autres pays, comme le Royaume-Uni, mais pour certains scientifiques, « il serait intéressant d’aller au-delà pour étudier le développement embryonnaire sur des modèles in vitro » .

Aidez-nous à faire connaître la réalité et les enjeux de la loi sur la PMA pour toutes !
Faites un don pour soutenir Info Chrétienne en cliquant ici.

M.C.

Découvrez ci-dessous d’autres raisons de dire non à la PMA sans père :

12 000 êtres humains congelés au stade d’embryon seront détruits lors du passage de la loi sur la PMA pour toutes

François-Xavier Bellamy : Le choix de la PMA pour toutes « sera notre malédiction »

Pourquoi 2 000 médecins ont-ils signé un manifeste contre la PMA pour toutes ?

PMA pour toutes : les couples stériles seront les grands perdants de la nouvelle loi

Apologie de la GPA sur Sept à Huit en plein débat sur la PMA pour toutes

Comme Martin Luther King, Mgr d’Ornellas dévoile son « rêve » pour la société

PMA sans père et business de la procréation : La France devra acheter son sperme à l’étranger

Révision des lois de bioéthique : Quelle est la position de la Conférence des Évêques de France ?

« PMA sans père : attention danger ! », Jean-Frédéric Poisson appelle à manifester le 6 octobre

PMA pour toutes / TF1 s’interroge : Entre anonymat des donneurs et quête d’identité des enfants issus de dons

PMA pour toutes : Des pédopsychiatres dénoncent des études « conduites avec un objectif militant »

Débat : quatre raisons de s’opposer à la PMA pour toutes

Parce qu’un enfant a des droits mais qu’on n’a pas droit à un enfant, non à la PMA pour toutes

PMA sans père : la boîte de Pandore de l’eugénisme et de la marchandisation du corps

Un avis retentissant qui change radicalement la donne sur la PMA sans père

Papa (P)ride : « Nous sommes tous des pères scandalisés par le projet de loi sur la PMA »

Jean-Pier : « Non, être homosexuel ne nous donne pas des droits supérieurs, et surtout pas le droit à l’enfant »

7 raisons de manifester le 6 octobre contre la PMA pour toutes selon le philosophe Charles-Éric de Saint Germain

12 hauts fonctionnaires et universitaires appellent au retrait du projet de loi de bioéthique

Pour l’Académie de Médecine, « la conception délibérée d’un enfant privé de père constitue une rupture anthropologique majeure »

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.