Première Conférence des Paysans en France, une semence de bénédiction pour la Terre

La « Conférence des Paysans » est un mouvement parmi les paysans et fermiers chrétiens.

Elle a été initiée en Suisse par Andreas Keller, qui est aussi à la tête de la Fondation Schleife à Winthertur. Ces conférences ont essaimé en Europe et la première en France vient d’avoir lieu à Avignon, les 12 et 13 mai 2016. Sur le site suisse du mouvement, nous pouvons lire :

« Le but de la Conférence des Paysans est d’encourager les paysans et les paysannes, de leur donner une plate-forme de rencontre, d’échange, de stimulation pour de nouvelles entreprises et de création de liens. Par-dessus tout, notre désir est de les fortifier spirituellement afin qu’ils puissent compter sur Dieu et Son intervention au quotidien ainsi que recevoir une vision et de l’espérance pour leur avenir. »

Dans le monde agricole en crise, où les paysans se sentent isolés, empreints à de grosses difficultés, il y aurait donc une « porte de sortie » en se rapprochant de Celui qui a créé la Terre ?

Andreas Keller nous invitait ainsi : «Se prouver que dans la vie quotidienne, on peut faire face à la tempête et repartir fortifiés et assurés de savoir qui nous sommes. Nous recevons joie et réconfort en compagnie de notre Dieu, de familles saines, d’amitiés solides et de relations précieuses. Bienvenue à la première Conférence des Paysans !»

Vécue dans l’unité des chrétiens, le père Régis DOUMAS, curé d’Orange ouvrait cette conférence en nous rappelant bibliquement le lien de l’homme à la Création, et l’ordre de Dieu qui lui a confié la Terre afin de la cultiver et d’en prendre soin. Dans la Genèse, il est écrit à plusieurs reprises que Dieu vit que cela était bon. Ainsi l’homme a tout à disposition et en abondance à travers la Création.

Hélas la chute d’Adam et Eve a des conséquences, de même le sang versé, quand Caïn tua son frère Abel, fait que la terre recueille ce sang qui devient malédiction pour Caïn et ses descendants. La place des agriculteurs est vitale pour donner la nourriture au monde. La pression de la politique, des distributeurs, des consommateurs est énorme sur les fermiers.

Cette pression va-t-elle rejaillir sur le conjoint, les enfants, la terre ? Ou y a-t-il une grâce particulière pour ceux qui se tournent vers le Créateur ? Dieu est-il avec eux pour accompagner les paysans sur leurs terres ? C’est la question à laquelle Andreas Keller et Werner Lehmann (pasteur principal de l’église évangélique d’Oron-La-Ville, Suisse) ont fait réfléchir les agriculteurs et leurs proches durant cette conférence.

Andreas Keller a parlé des cinq points qui fondent la Conférence des Paysans et qu’il développe dans ces rencontres : la valeur d’apprendre à vivre ensemble entre générations différentes, l’autorité et la responsabilité que les paysans ont sur la terre, l’autorité sur les maladies, la peste agricole en s’adressant à la Création comme des « prêtres » sur la terre, l’enseignement des femmes sur leur propre dignité devant Dieu : elles sont la sécurité de la maison, le rôle politique que peuvent avoir les paysans en agissant avec droiture dans ce domaine.

Werner Lehmann a parlé de l’obéissance, d’honorer Dieu, de déclarer des paroles qui amènent la vie : prendre possession des promesses de Dieu afin que la terre porte du fruit et exercer l’autorité que Jésus nous donne (Luc 10 v 19)

A la fin de la conférence, chaque agriculteur recevait un bâton comme signe de cette autorité sur la terre. « Votre travail est une adoration du Dieu Créateur », notait Andreas Keller qui a pris soin de prier pour chaque paysan afin qu’il puisse, homme ou femme, rentrer dans cette dimension d’un service renouvelé sur la terre qu’il ou elle cultive.

Nathanaël Bechdolff

En savoir plus sur le site de la Conférence des Paysans

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.