Procès de l’assassinat du père Jacques Hamel : Les trois accusés présents condamnés de huit à treize ans de prison

Le procès de l’attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray s’est achevé mercredi matin devant la cour d’assises spéciale de Paris avec les derniers mots des accusés, marqués par le « pardon » réitéré de deux d’entre eux. Le verdict est tombé ce mercredi 9 mars en fin d’après-midi, les trois accusés ont été condamnés de huit à treize ans de prison. 

L’accusation avait requis sept ans de prison pour Yassine Sebaihia, neuf pour Farid Khelil et quatorze pour Jean-Philippe Jean Louis, tous trois poursuivis pour « association de malfaiteurs terroriste », et la perpétuité pour Rachid Kassim, instigateur présumé de l’attentat, absent car probablement mort en Irak.

Finalement, mardi 8 mars, la cour d’assises spéciale de Paris a condamné les trois accusés à des peines allant de 13 à 8 ans de prison ferme.

Jean-Philippe Jean-Louis purgera une peine de 13 ans de réclusion, tandis que Farid Khelil a été condamné à 10 ans d’emprisonnement, Yassine Sebahia passera lui 8 ans derrière les barreaux.

Les deux auteurs de l’assassinat, Adel Kermiche et Abdel-Malik Petitjean, ont eux été tués par la police à leur sortie de l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime).

Des demandes de pardon

Quelques heures avant le verdict, le premier des accusés à s’exprimer, Yassine Sebaihia a très brièvement assuré qu’il n’avait « jamais voulu participer à un attentat » et « jamais voulu partir en Syrie ».

« J’ai été peiné par ce qui est arrivé », a ajouté le jeune homme de 27 ans, affirmant avoir opéré un « changement radical de direction » dans sa vie, en reprenant des études, et vouloir « vivre (sa) vie sereinement comme tout le monde ».

« Je me suis déjà excusé, ça c’est que des mots », a ensuite déclaré Farid Khelil, cousin d’un des deux assassins du père Hamel, assurant vouloir joindre « les gestes à la parole » et devenir « un bon père, un bon citoyen ».

Il affirme que « l’humanisme » du rescapé de l’attentat, Guy Coponet, et « la force » de la sœur du prêtre assassiné, Roseline Hamel, représente « quelque chose qui (le) marquera à vie ».

Aujourd’hui âgé de 36 ans, il ajoute avoir « entendu » le message que lui a transmis l’une des religieuses présentes dans l’église le 26 juillet 2016, sœur Danielle, « Lève toi, sois un homme »: « Ça fait six ans que je me redresse. Il me reste encore beaucoup de chemin ».

Il conclut en demandant à la cour de lui accorder « une deuxième chance ».

« Vu notre situation, on pourra jamais assez leur demander pardon », souligne à sa suite Jean-Philippe Jean Louis, à propos des victimes.

« On est tous reliés par ce qu’on a vécu dans cette salle. Chaque jour je pense à vous », assure-t-il.

Le jeune homme de 25 ans « remercie » les parties civiles pour l’absence de « paroles de haine » pendant les près de quatre semaines d’audience et assure avoir pris « comme des paroles d’éducation » les propos parfois « un peu véhéments » de leurs avocats.

La rédaction (avec AFP)

Crédit image : Shutterstock / AM113

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.