Qui est (vraiment) riche en France ? [OPINION]

Être riche, c’est avoir « beaucoup ». Mais « beaucoup », c’est combien ? « Toute définition de la richesse – comme de la pauvreté – repose sur des choix de méthode. En France, personne n’aime être qualifié de « riche ». Chacun voit midi à sa porte et trouve que les riches sont ceux dont le niveau de vie est supérieur au sien », explique Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités, qui vient de dévoiler la seconde édition de son Rapport sur les riches en France. Un sujet de recherche étonnamment assez peu creusé dans l’Hexagone. Il faut dire que, dans un pays où être ou se dire riche demeure mal vu, le riche est toujours l’autre. La connotation du terme aurait d’ailleurs peut-être dû amener les auteurs de cette étude à parler de personnes aisées, et non de riches. « Nous cherchons à faire progresser l’information en appelant un chat un chat, en employant le mot « riche » quand il nous semble justifié, se justifient les auteurs de ce rapport. Quitte à faire grincer quelques dents. Le mot « pauvre » n’indispose personne, mais celui de « riche » ne laisse pas indifférent. » Pour autant, dans le contexte de crise actuelle, qui plus est avec le retour d’une forte inflation, parvenir à économiser voire simplement boucler le mois suffit déjà en soi à sortir du rang.

Selon cette étude statistique, le seuil de richesse à l’heure actuelle dans l’Hexagone s’établirait à 3673 euros, soit deux fois le salaire médian. Pour un couple, le seuil est fixé à 5511 euros, pour une famille avec deux enfants à 7700 euros. 93% des Français se situeraient en dessous de ces seuils, et donc seulement 7% au-dessus. Toujours selon ce rapport, 4,5 millions de personnes gagnent plus du double du niveau de vie médian, soit 3673 euros pour une personne seule. D’un point de vue patrimonial, 4,5 millions de ménages possèdent également plus du triple du patrimoine médian, soit une fortune d’au moins 490 000 euros. Seuls 16% des ménages français dépassent ce seuil de fortune et 4% des ménages sont millionnaires.

« Notre rapport doit servir d’abord à nourrir un débat informé et apaisé, contre le brouhaha des invectives qui circulent sur les réseaux sociaux. Il doit aussi au fond servir à se poser la question de la justice et du mérite. La richesse n’est pas un mal en soi : ce qui pose question, c’est le mérite de ceux qui en sont là », explique Louis Maurin. Cette édition 2022 du Rapport sur les riches en France dresse également un portrait sociodémographique des « riches ». En moyenne, ils sont un peu plus âgés que l’ensemble de la population. Ce sont le plus souvent des cadres supérieurs du privé ou du public. Les travailleurs indépendants (chefs d’entreprise, médecins, juristes, etc.) sont surreprésentés dans le 1% ou le millième le plus riche. Corollaire ou choix de vie : les plus aisés sont aussi souvent en couple et sans enfant à charge.

Par ailleurs, les riches sont aujourd’hui nettement plus riches qu’il y a vingt ans. D’un côté, comparé à 2010, le nombre et la part de personnes riches ont baissé en 2019 : 745 000 personnes de moins se situent au-dessus de notre seuil de richesse. Mais de l’autre, entre 1999 et 2019, le niveau de vie annuel moyen des 10% les plus riches a progressé de 9100 euros une fois l’inflation déduite, contre 3300 euros pour les classes moyennes. Quant aux 500 plus grandes fortunes professionnelles, elles ont vu leur valeur multipliée par quatre en dix ans.

Judikael Hirel

Source : Le Figaro

Cet article est publié à partir de La Sélection du Jour.

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.