Qui sont ces chrétiens d’Orient qui connaissent la persécution dans une région qui a vu naître la foi chrétienne ?

L’expression « chrétiens d’Orient » désigne généralement les chrétiens vivant au Proche-Orient et au Moyen-Orient, mais sa définition ne fait pas l’unanimité. Si les chrétiens d’Inde, du Pakistan et d’Indonésie pourraient être inclus dans cette terminologie, l’évocation des chrétiens d’Orient renvoie principalement aux chrétiens d’Irak, de Syrie, d’Égypte, d’Iran, de Jordanie, du Liban et d’Israël, des territoires qui ont été le berceau du christianisme.

Et malgré une histoire chrétienne très riche dans cette région, les chrétiens d’Orient, parmi lesquels on trouve les assyriens, les coptes, les chaldéens, les maronites, ont bien souvent connu la persécution sur des territoires qui ont pourtant vu naître la foi chrétienne. Pour autant, le XXème siècle et le début du XXIème siècle ont été particulièrement meurtriers, à tel point que certains observateurs ont posé la question de l’éventualité de « la fin des chrétiens d’Orient ».

En 2007, l’Association internationale des spécialistes des génocides affirmait que « la campagne ottomane contre les minorités chrétiennes de l’Empire entre 1914 et 1923 constituait un génocide contre les Arméniens, les Assyriens et les Grecs pontiques d’Anatolie73 ». Un siècle plus tard, les militants de l’État islamique en Irak débutaient une campagne d’islamisation par la terreur, qui sera également reconnue comme génocide par le Parlement européen en 2017.

Aujourd’hui, la situation des chrétiens au Proche-Orient et au Moyen-Orient demeure précaire.

En Égypte

Les coptes orthodoxes sont régulièrement pris pour cible par les extrémistes musulmans, au travers d’actes isolés ou d’attentats de masse. L’arrivée de l’État islamique sur le territoire a aggravé leur condition. Les 10% des plus de 90 millions d’égyptiens s’estimaient marginalisés, mais dans certaines régions comme le Sinaï, leurs vies sont désormais en danger.

En Irak

Les chrétiens d’Irak étaient plus d’un million avant la chute de Saddam Hussein en 2003. Ils ne sont désormais plus que 350 000 aujourd’hui, après la chute de l’État islamique. Durant les 3 années de chaos, les militants de l’organisation ont persécuté violemment les chrétiens de Mossoul et de la plaine de Ninive, leur laissant le choix entre la conversion à l’islam, l’exil ou à la mort.

En Syrie

Dévastée par 6 années de guerre, la Syrie compte 5 à 9% de chrétiens. Les chrétiens soutiendraient majoritairement le régime de Bachar el-Assad. La moitié des 1,5 millions de chrétiens auraient quitté le pays après avoir été pour cibles et persécutés par les djihadistes de l’État islamique.

Au Liban

Le Liban a la particularité d’être le seul pays de la région à être dirigé par un président chrétien. Le système libanais est construit sur un partage du pouvoir fondé sur des quotas communautaires. Mais la communauté chrétienne tend à devenir minoritaire et son influence sur la société se réduit d’autant.

En Israël

Les chrétiens qui représentent 2% de la population, soit environ 150 000, bénéficient des garanties citoyennes et laïques de l’État d’Israël.

Dans les territoires palestiniens

Il y aurait plus de 50 000 chrétiens principalement à Bethléem et Ramallah. Dans la bande de Gaza, il n’y aurait plus qu’une infime proportion de chrétiens depuis la prise de pouvoir du Hamas en 2007.

En Jordanie

La Jordanie est surnommée le « royaume des chrétiens heureux ». S’ils représentent 3,5% de la population, leur représentation parlementaire avoisine quant à elle les 10%. Les chrétiens sont considérés comme des alliés contre les Frères musulmans, et exerce librement leur pratique religieuse.

En Iran

Les chrétiens d’Iran se constitueraient de 180 000 arméniens, 15 à 30 000 assyriens et d’un petit nombre de catholiques, d’anglicans et de protestants convertis par des missionnaires au XIXème siècle et XXème siècle. Seuls les arméniens et les syriaques sont reconnus comme minorité. En Iran, une musulmane ne peut épouser un chrétien et une chrétienne qui épouse un musulman est considérée comme musulmane. Le témoignage d’un chrétien n’a pas la même valeur que celui d’un musulman devant les institutions, et tout prosélytisme chrétien est proscrit. Pourtant de nombreux témoins évoquent l’existence d‘un véritable réveil en Iran, en dépit de la persécution.

Dans d’autres états de la région, la situation des chrétiens pose également question. En Arabie Saoudite, au Yémen et au Qatar, il est interdit de construire une église. Au Koweït, dans les États du Golfe, en Oman, les chrétiens ne sont pas considérés comme des citoyens.

H.L.

Crédit image : ChameleonsEye / Shutterstock.com

Lire aussi au sujet de la persécution.

Les tendances de la persécution des chrétiens dans le monde en 2018 – Partie 1 : L’Afrique

Les tendances de la persécution des chrétiens dans le monde en 2018 – Partie 2 : L’Asie

Les tendances de la persécution des chrétiens dans le monde en 2018 – Partie 3 : Le Moyen – Orient

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.