Séparatisme : « La loi doit protéger la foi » déclare le président de la Fédération protestante de France

Lors de son audition au Sénat mercredi 27 janvier, François Clavairoly a à nouveau exprimé ses craintes à l’encontre du projet de loi « pour conforter les principes républicains ».

Les auditions de la commission des lois du Sénat sur le projet de loi « pour conforter les principes républicains » ont débuté mercredi 27 janvier avec l’audition de François Clavairoly, président de la Fédération protestante de France (FPF) .

Le président de la FPF a commencé par rappeler le plaidoyer des protestants publié le 4 janvier dernier intitulé « Plaidoyer contre le projet de loi : le protestantisme alerte et conteste ». Si il a souhaité affirmer à nouveau sa volonté de défendre les principes républicains, François Clavairoly a également exprimé ses craintes à propos d’un projet de loi qui pourrait avoir un impact sur la liberté de culte.

D’après lui, la position des protestants à ce sujet tient en quatre mots : Alerte, Intelligence, Propositions (les quatre propositions faites par la FPF) et Promesse (républicaine).

« L’alerte du protestantisme et son plaidoyer ne sont pas une posture » a-t-il déclaré gravement. Il estime que ce projet de loi « accumule une série de contrainte et d’obligations » et ce pour la « première fois depuis 1905 » et qu’il « oublie l’esprit libéral du rédacteur de la loi 1905 ».

Un « esprit libéral » que le président de la FPF résume en citant une phrase d’Aristide Briand :

« La loi doit protéger la foi, aussi longtemps que la foi ne prétendra pas dire la loi. »

C’est à la première partie de cette citation, qui évoque un devoir de protection de l’état envers la foi, auquel François Clavairoly veut « rendre attentif ». Il a notamment évoqué les effets collatéraux de ce projet, affirmant que « c’est la liberté même du culte qui est touchée ».

« C’est la première fois que je défend la liberté de culte » a déclaré le protestant, ajoutant qu’il n’aurait jamais imaginé que « cela puisse arriver » en France.

Le pasteur a aussi demandé à ce que les musulmans ne soient pas stigmatisés par ce projet de loi tout en dénonçant une instrumentalisation des évangéliques pour éviter de viser l’islam.

« Le protestantisme est d’accord pour lutter contre le radicalisme islamiste, mais il ne faut pas se tromper de cible. »

Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman a également été entendu par le Sénat mercredi. Les auditions vont se poursuivre mercredi prochain avec d’autres représentants du culte. Le projet de loi sera ensuite examiné en commission au Sénat à partir du 17 mars puis en séance publique la semaine qui suit.

Camille Westphal Perrier

Crédit image : Petr Kovalenkov / Shutterstock.com

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.