Séparatisme : L’inquiétude de la Conférence des Églises européennes

Dans une lettre adressée au gouvernement français, la Conférence des Eglises européennes (CEC) a exprimé sa profonde inquiétude face au projet de loi « pour conforter les principes de la République ». 

La Conférences des Eglises européennes (CEC) est une organisations qui rassemblent 114 Eglises « orthodoxe, protestante et anglicane de toute l’Europe pour le dialogue, le plaidoyer et l’action commune ». Créée en 1959, elle a pour vocation d’oeuvrer « pour une Europe humaine, sociale et durable en paix avec elle-même et ses voisins ». 

Dans une lettre adressée au Premier ministre Jean Castex et au ministre de l’Intérieur Gerald Darmanin le 4 février dernier, la CEC a exprimé « sa profonde inquiétude face au projet de loi introduit pour lutter contre le radicalisme islamique dans le pays ». Si l’organisation reconnait « la nécessité de lutter contre l’extrémisme », elle insiste toutefois sur « l’effet préjudiciable » que cette loi pourrait avoir sur « les communautés religieuses respectueuses de la loi ».

La CEC affirme notamment la nécessité « pour le gouvernement de s’engager davantage avec les chefs religieux ». Dans sa lettre, elle aborde le projet de loi « dans la perspective de l’intégration européenne, une vision ecclésiale des Églises et le fondement des droits de l’homme » et adresse au gouvernement deux interpellations et une demande.

L’organisation, qui insiste sur « son inquiétude », le mot revient à plusieurs reprises dans le texte, affirme que les contraintes administratives et financières que cette loi pourraient causer aurait un effet sur « la liberté d’expression et de religion ».

« Le projet de loi confortant le respect des principes de la République prévoit d’instaurer des contraintes administratives et financières de nature à rendre plus complexe l’expression religieuse et donc d’en réduire la liberté. Nos Églises membres, tout comme d’autres acteurs, expriment cette vive inquiétude que la CEC vous appelle à prendre en considération. »

Elle met également « en garde » contre les retombées possibles à l’égard des communautés religieuses qui pourraient être victimes de « suspicion ».

« Ce projet de loi instaure une réelle culture de la suspicion vis-à-vis des communautés religieuses, dont pourtant l’immense majorité reconnaît sans réserve les valeurs démocratiques et s’inscrit pleinement dans la société, lui en apportant ainsi la richesse d’une culture de l’accueil, de la solidarité et du lien, de même que la richesse de la quête de sens qui se veut également une contribution toujours constructive au débat public. »

« Pourquoi, en France, un culte établi depuis le 2ème siècle, devrait-il soudainement se soumettre à une démarche administrative récurrente pour obtenir droit de cité ?  » se demande la CEC qui incite le gouvernement français à plutôt « renforcer les valeurs démocratiques, l’intégration sociale, en nourrissant une culture d’hospitalité, de solidarité et un débat public constructif ».

Camille Westphal Perrier

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.