Sous l’emprise de son dictateur, l’Erythrée emprisonne et torture 2000 chrétiens

L’Erythrée, petit pays de la corne de l’Afrique, de 120 000 km2 et 6 millions d’habitants est l’un des pays les plus pauvres du monde. Son « président » Issayas Afewerki, demeure à la tête de l’état depuis plus de 22 ans, alors qu’il n’y a pas eu de nouvelles élections depuis 1993.

Répression, violences, tortures, viols, travail forcé, absence de système judiciaire… L’Erythrée serait une des dictatures les plus sanglantes du monde. Face à cette situation dramatique, 1 million d’érythréens se seraient enfuis du pays depuis 2004. L’ONU estime à 3 000 le nombre de passages mensuels aux frontières soudanaise et éthiopienne.

Le 8 juin 2015, au terme d’une année complète d’enquêtes, un rapport du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme fait état de violations systématiques des droits humains les plus fondamentaux, commises par le pouvoir en place.

« La commission conclut que des atteintes systématiques, répandues et flagrantes aux droits de l’homme ont été et sont menées en Erythrée sous l’autorité du gouvernement »

« Certaines de ces violations pourraient constituer des crimes contre l’humanité »

Pour Reporters sans Frontières, l’Erythrée est le dernier pays au Classement Mondial de la Liberté de la Presse. D’après l’Index de persécution des chrétiens, publié par Portes Ouvertes en janvier dernier, l’Erythrée occupe la troisième place des pays les plus hostiles à la foi chrétienne, derrière la Corée du Nord et l’Irak. Plusieurs milliers de prisonniers s’entassent dans plus de 200 prisons, dans lesquelles les conditions de détention sont catastrophiques et où la torture est couramment pratiquée.

Les membres des églises évangéliques sont particulièrement touchés par les arrestations arbitraires, le mouvement évangélique n’étant pas reconnu par l’Etat Erythréen. Les croyants ainsi arrêtés, sont jetés en prison sans aucune forme de procès. On estime que 2000 chrétiens, dont 28 pasteurs sont actuellement emprisonnés.

Kiflu Gebremeskel est devenu un symbole de cette oppression à l’encontre des chrétiens. Pasteur de l’une des principales églises pentecôtistes en Erythrée, il a été arrêté en 2004 et placé en détention sans jamais être passé devant un tribunal. Depuis son arrestation, son épouse et ses 4 enfants n’ont jamais obtenu de droit de visite. Son histoire est relayée par de nombreux sites et blogs anglophones. Pourtant, aucune source ne permet d’avoir des nouvelles récentes du pasteur.

La radio indépendante Erena émet depuis les Etats-Unis, l’Italie, l’Angleterre et la Hollande dans le but d’informer et de diffuser des programmes culturels au peuple érythréen opprimé par le pouvoir.

H.L.

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.