« Survivre au Covid-19 en Espagne a changé ma foi »

Découvrez les 6 conseils du pasteur espagnol Marcos Zapata.

Marcos Zapata, pasteur de Iglesia Buenas Noticias à Lugo, en Espagne, et président de l’Alliance évangélique espagnole, a été touché par le coronavirus. Après un temps d’hospitalisation, il a publié sur Christianity Today six réflexions basées sur cette expérience.

Marcos a lutté pendant 21 jours contre le Covid-19. Désormais guéri, il se dit « reconnaissant et plein de joie » mais aussi « très conscient que d’autres, encore plus jeunes et en meilleure santé que moi, avaient perdu la vie ».

Il nous propose désormais six conseils « pour nous efforcer d’aimer Dieu et son prochain bien au cours d’une pandémie ».

Souvenons-nous que nous ne sommes pas invincibles.

« Le leadership de ceux qui semblent étrangers à la souffrance ne produira jamais de disciples mais seulement des admirateurs. Mon temps de souffrance et de lutte contre la maladie m’a rappelé une fois de plus que le Père a déjà envoyé un Sauveur – et ce n’est pas moi. »

Réexaminons nos propres vies.

« Au début, j’avais des doutes sur le but de ma souffrance à travers Covid-19. Mais après avoir accepté ma situation, j’ai acquis deux idées. La première était la façon dont Dieu s’est soucié de moi et se soucie toujours de moi. […]Même ainsi, il y avait la paix tranquille de savoir que Dieu prendrait soin de ma femme et de mes fils si je mourais. Le deuxième était de s’identifier à la douleur de tant de personnes qui vivent les mêmes souffrances. […] Et je ne crois pas que la maladie soit une punition envoyée par Dieu. Mais en attendant dans la foi sa guérison – directement ou par des moyens médicaux – je pouvais mieux comprendre que d’autres souffraient également. Je pouvais sympathiser avec eux et j’ai réalisé que Dieu continuait d’être Seigneur, peu importe ce qui allait m’arriver. »

Ne jouons pas avec les théologies triomphalistes. 

« Nous avons vu la crise en Chine et nous avons dit : ‘C’est en Chine, c’est loin’, et nous ne nous sommes pas préparés. Ensuite, c’était en Italie et nous avons dit : ‘C’est en Italie ; cela ne viendra pas en Espagne’. S’il vous plaît, apprenez de nos erreurs et prenez cette pandémie très au sérieux. Les Églises ont un rôle fondamental à jouer pour répondre avec sagesse à cette crise. […] Les pasteurs qui prêchent ces choses devront rendre compte à Dieu et aux hommes de leurs enseignements. »

Accompagnons ceux qui pleurent.

« Beaucoup sont morts seuls dans une chambre d’hôpital, disant au revoir à leurs proches par téléphone. Bien que nous ayons un espoir commun qui va au-delà de la mort, la façon dont ils nous ont quittés laisse encore des blessures. Nous devons réapprendre à accompagner les gens dans leur processus de deuil, les chrétiens et les autres. »

Revenons à l’essentiel, en commençant par la communauté.

« Les priorités qui émergent maintenant sont claires. Premièrement, selon les paroles de Galates 6:10, nous devons ‘faire du bien à tous, en particulier à ceux qui appartiennent à la famille des croyants’. Nous devons être très vigilants pour nous assurer qu’aucun frère ou sœur ne souffre financièrement, émotionnellement ou socialement. Après cela, nous devrions également étendre cette préoccupation aux quartiers et aux villes dans lesquels nous vivons. […] Nous avons toujours prêché qu’une église n’est pas un bâtiment ou un lieu mais un peuple. COVID-19 sera le creuset pour tester cette affirmation, notre théologie et nos structures ecclésiastiques. »

Soyons des églises vivantes et actives, plus que jamais auparavant.

« Nous vivons dans un monde brisé qui a besoin de chrétiens qui acceptent l’appel à la lumière et au sel. C’est ainsi que, grâce à notre témoignage, beaucoup pourront rendre gloire à Dieu. »

M.C.

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.