Tim Cook vs Franklin Graham : Ne vous y trompez pas le web n’est plus l’espace de liberté qu’il était

Dans un récent discours, Tim Cook le PDG d’Apple, a placé les valeurs d’Apple comme standard de moralité et cela n’a pas manqué de faire réagir Franklin Graham…

Tim Cook vient de recevoir le prix « Courage contre la Haine », décerné par la Anti Defamation League. Le dirigeant entend en effet lutter contre les appels à la haine sur le web, une intention on ne peut plus louable par ailleurs. Lors de son discours, Tim Cook a tenu a rappelé la position qui a toujours été celle d’Apple : leur technologie ne peut pas servir de plateforme à ceux qui promeuvent la haine. Au contraire elle doit « construire un monde meilleur, plus inclusif et plus prometteur ».

« Nous n’avons qu’un message pour ceux qui cherchent à promouvoir la haine, la division et la violence : vous n’aurez pas de place sur nos plateformes. »

Tim Cook souhaite que les « valeurs » d’Apple influent sur les « décisions de partage d’information ». Et c’est l’utilisation d’un lexique religieux au cours de son argumentaire qui a suscité une réflexion de Franklin Graham.

« La chose la plus sacrée qui nous soit donnée, c’est notre jugement, notre moralité, notre propre désir inné de séparer le bien du mal. Choisir de mettre cette responsabilité de côté dans un moment d’épreuve est un péché. »

Si le discours qu’il a prononcé a provoqué les applaudissements de ses auditeurs, Franklin Graham a quant à lui réagi sur Facebook, s’interrogeant sur l’établissement de valeurs normatives par Apple, qui influeraient sur la diffusion des informations.

« Qui définit la moralité ? […] Dans son discours, Cook […] a défendu la censure de certains discours et média d’information sur les plates-formes Apple lorsqu’ils violent les « valeurs » de leur entreprise. […] La seule chose est que, en tant qu’êtres humains pécheurs, nous n’arrivons pas à définir la moralité ou le péché en fonction de nos propres désirs, préférences ou agendas. Tim Cook ne peut pas ; je ne peux pas ; et vous ne pouvez pas. »

Plaçant la Bible comme standard de définition de ce qui est bien ou mal, Franklin Graham déclare que Dieu seul peut définir la moralité et le péché. Pour lui, les principes de Tim Cook lui rappellent les temps des Juges, où « chacun faisait ce qui semblait bon à ses yeux.« 

Et ces déclarations de Tim Cook et Franklin Graham font écho à celles de Tim Berners-Lee. « L’inventeur du web », qui vient de quitter ses responsabilités au MIT et au W3C pour développer un nouvel outil dont l’objectif est de « redonner la maîtrise de nos données » et qui ne serait pas filtré d’une manière arbitraire et opaque.

« La tragédie du web c’est qu’il est difficile de trouver des réponses à des questions que l’on n’a pas imaginées, tandis que faire preuve d’imagination est devenu de plus en plus difficile à mesure que moteurs de recherche et réseaux sociaux nous offrent une version lourdement filtrée du web. »

Dans sa contribution à l’ouvrage La Toile que nous voulons, le sociologue Dominique Cardon résume la situation en ces termes :

« L’attention des internautes et leur créativité sont aujourd’hui aspirés par une économie numérique qui se préoccupe avant tout d’élargir son empire et de se monétiser. Mais il serait aussi maladroit de considérer que le développement du marché des grandes plates-formes interdit ou empêche de faire autre chose, autrement et selon d’autres principes. Le web se ferme par le haut, mais toute son histoire montre qu’il s’imagine par le bas. Sa trajectoire est émaillée de ces initiatives audacieuses, originales, curieuses et en rupture. Il n’y a aucune raison de penser que cette dynamique doive s’arrêter ou qu’elle soit complètement entravée par la domination des GAFA. Cependant, plus que jamais, il appartient aux chercheurs, aux communautés, aux usagers, aux pouvoirs publics aussi, d’encourager les initiatives qui préservent cette dynamique réflexive, polyphonique et peu contrôlable que les pionniers du web nous ont confiée. »

La rédaction

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

Vous souhaitez recevoir une alerte par email dès qu'un nouvel article est publié ?