Un journaliste qui dénonce la persécution des chrétiens au Nigeria est placé en détention

« J’ai été introduit clandestinement ici depuis le centre de détention de la police à Gabasawa après quatre jours sans procès. [J’ai été détenu dans] des conditions déshumanisantes. Je n’ai pas encore comparu devant un juge. Je crains que ma vie ne soit en danger. »

Luka Binniyat est journaliste pour Epoch Times et porte-parole de la SOKAPU, l’Union des Peuples de Kaduna du Sud. Le 4 novembre dernier, il a été arrêté, accusé d’avoir utilisé un ordinateur pour transmettre de fausses informations « dans le but de causer de la gêne, de la gêne, un danger, une obstruction, une insulte, une blessure, une intimidation criminelle, une inimitié, de la haine, de la mauvaise volonté ou une anxiété inutile envers autre ».

Selon l’USCIRF, la Commission américaine pour la liberté religieuse internationale, cette arrestation est liée à l’article publié par Luka Binniyat sur Epoch Times, le 29 octobre 2021. Il y dénonçait le fait que le gouvernement n’ait procédé à aucune arrestation suite aux massacres de chrétiens par des éleveurs peuls, notamment le massacre de Madamai, qui avait causé la mort de 38 personnes.

Tony Perkins, président du Family Research Council, a déclaré à Epoch Times que cette arrestation « serait une preuve supplémentaire que le gouvernement du Nigeria est complice de la persécution religieuse flagrante et systématique en cours au Nigeria ».

« C’est une évolution alarmante. Si un journaliste, qui rapporte le refus du gouvernement de poursuivre ceux qui se livrent à des atrocités à motivation religieuse, a été arrêté pour son [reportage], ce serait une preuve supplémentaire que le gouvernement du Nigeria est complice de la persécution religieuse flagrante et systématique en cours au Nigeria. »

Pour Nina Shea, directrice de l’Institut Hudson pour la liberté religieuse, « c’est une preuve supplémentaire qu’un génocide ethnico-religieux est perpétré dans le nord du Nigeria et le fait avec la collusion officielle ».

« À moins que le président Buhari, lui-même fils d’un chef peul, n’assure la libération immédiate de Binniyat et n’engage un procès impartial contre les terroristes, Washington doit agir. »

Luka Binniyat a pu se procurer un téléphone en détention et contacter l’organisation de défense International Christian Concern. Il parle de conditions de détention « déshumanisantes » et craint que sa vie soit « en danger ».

« Ils m’ont emmené au tribunal de première instance de Barnawa à Kaduna et m’ont enfermé dans une minuscule prison bondée avec des criminels à l’air endurci. J’ai été introduit clandestinement ici depuis le centre de détention de la police à Gabasawa après quatre jours sans procès. [J’ai été détenu dans] des conditions déshumanisantes. Je n’ai pas encore comparu devant un juge. Je crains que ma vie ne soit en danger. »

La demande de libération sous caution de Luka Binniyat a été rejetée le 9 novembre dernier.

M.C.

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.