Un pasteur, ex-otage en Corée du Nord, affirme que le régime craint plus les chrétiens que les « armes nucléaires »

« Toutes les fois où j’ai été emprisonnée en Corée du Nord, les deux premières questions qu’on me posait toujours pendant l’interrogatoire étaient si j’avais eu des contacts avec des coréens du sud et si j’étais allée à l’église. Voilà les questions qu’ils posent toujours. »

Kenneth Bae est un pasteur américano-coréen. Il a été otage en Corée du Nord de 2012 à 2014. Ses activités de missionnaire faisaient de lui un opposant au régime. Il était accusé de vouloir le renverser. Après 15 mois de prison et de camp de travail, il a fondé une organisation pour prendre soin des réfugiés nord-coréens et a fédéré un groupe de prière pour ce peuple. Jeudi, il s’est exprimé devant le Sénat à Washington.

« [Les nord-coréens] disaient : ‘Nous n’avons pas peur des armes nucléaires … nous avons peur de gens comme vous qui introduisent la religion dans notre pays et l’utilisent contre nous, alors tout le monde se tournera vers Dieu et cela deviendra le pays de Dieu et nous tomberons’. »

Ce jour-là, soutenu par la Commission d’éthique et de liberté religieuse de la Convention Baptiste du sud, le film L’humanité refusée : Liberté religieuse en Corée du Nord a été diffusé. Il dévoile les témoignages de réfugiés nord-coréens.

L’un révèle les chiffres qui témoignent de la main-mise du régime nord-coréen.

« Une famille sur cinq est liée à la sécurité nord-coréenne. […] Quand il y a trois personnes rassemblées, ou plus, il y a un espion parmi eux. »

Face à ce système, il dévoile l’existence des églises souterraines.

« J’ai vu comment la providence divine touche les croyants en Corée du Nord. Je ne connaissais pas l’existence des église souterraines. Ça a été une véritable surprise pour moi. Vivre sa foi en Corée du Nord, c’est risquer sa vie. Certains ont des cultes dans les montagnes, d’autres le long des rivières, à la campagne, pendant qu’ils travaillent en groupe de 2 ou 3. »

Une autre réfugiée témoigne à visage cachée. C’est quand elle est arrivée en Chine qu’elle a rencontré Dieu. Elle raconte.

« Quand j’étais en Corée du Nord, je n’avais jamais entendu le mot église. Je ne savais pas ce que c’était. Et je n’avais jamais entendu le mot Jésus-Christ. En Corée du Nord, j’ai subi un lavage de cerveau par l’idéologie de Kim Il-sung et Kim Jong-il. On adorait tous les idoles de Kim Il-sung et Kim Jong-il, pas Dieu. »

Elle a été arrêtée plusieurs fois, mais à chaque interrogatoire, on lui posait les deux mêmes questions :

« Toutes les fois où j’ai été emprisonnée en Corée du Nord, les deux premières questions qu’on me posait toujours pendant l’interrogatoire étaient si j’avais eu des contacts avec des coréens du sud et si j’étais allée à l’église. Voilà les questions qu’ils posent toujours. »

Dans les épreuves, elle a appris à faire confiance à Dieu.

« J’ai traversé des temps si durs là-bas. Je me demandais si j’allais mourir, si ma vie allait finir comme ça. Plus tard, j’ai découvert l’Évangile et un fait très important. Quand on suit le chemin de Dieu et qu’on lui fait confiance, peu importe les épreuves que l’on traverse, on vit sous sa protection et sa bénédiction. »

Elle vit désormais libre, mais sa famille vit toujours en Corée du Nord.

« Mon coeur se brise quand je pense à eux. Ils vivent sous la malédiction. Ils vivent dans des ténèbres qui ne sont pas visibles. Et ils en souffrent. […] Je crois que la seule façon que les deux Corées soient réunies, se comprennent, et s’aiment l’une l’autre, c’est l’Évangile. »

Pour Kenneth Bae, il est temps de se préparer.

« Nous devons nous préparer lorsque la Corée du Nord ouvrira ses portes. Si le régime nord-coréen tombe soudainement, sommes-nous prêts à avoir suffisamment de Bibles pour leur permettre de savoir ce qu’est la vérité et comment ils peuvent la trouver ? »

M.C.

Crédit Image :  Attila JANDI / Shutterstock.com

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

Vous souhaitez recevoir une alerte par email dès qu'un nouvel article est publié ?