« Une histoire de la fidélité de Dieu » : Heather Mercer, travailleuse humanitaire capturée par les talibans en 2001 témoigne

Enlevée par les talibans à l’âge de 24 ans, Heather Mercer aujourd’hui âgée de 44 ans revient sur son histoire et sur tout ce qu’elle a accompli avec l’aide de Dieu. 

En 2001, un groupe composé de huit travailleurs humanitaire internationaux et de 16 Afghans avaient été capturés par les talibans. Un mois plus tard, le 11 septembre 2001, une attaque contre les deux tours jumelles du World Trade Center a changé le cours de l’Histoire.

Heather Mercer et Dayna Curry, les deux Américaines du groupe de travailleurs humanitaires enlevé deviennent alors célèbres dans leur pays d’origine. Après trois mois de captivité, le 15 novembre 2001, les deux jeunes femmes ainsi que les quatre travailleurs humanitaires allemands et les deux australiens capturés avec elles, ont été libérées par les troupes de l’Alliance du Nord.

Un article publié par CNN en 2001, à l’occasion de leur libération retrace les parcours des deux américaines et évoque leur foi chrétienne. Dayna Curry est décrite comme une « croyante dévouée ». En ce qui concerne Herther Mercer, l’article relate qu’elle devenue chrétienne à l’adolescence et organisait des réunions de prières chaque matin avant d’aller en classe.

Aujourd’hui âgée de 44 ans, Heather Mercer s’est confiée à Christianity Today.

La première chose pour laquelle elle est reconnaissante à Dieu ? C’est tout simplement d’être en vie ! « Lorsque le président George W. Bush a décidé que des forces spéciales viendraient nous chercher – et au cours des années qui ont suivi – j’ai réalisé à quel point il était important et extraordinaire d’être encore en vie » a déclaré l’américaine qui évoque ensuite un passage de la Bible qu’elle a gardé près de son coeur toutes ces années.

Il s’agit de Luc 12 verset 48 : « On demandera beaucoup à qui l’on a beaucoup donné ».

La chrétienne a donc décidé de continuer à donner aux autres en travaillant dans l’humanitaire. Elle évoque le travail qu’elle a effectué au Kurdistan et l’ouverture du Freedom Center qui aura lieu courant septembre, « la combinaison de 18 ans de travail, de foi et de confiance en Dieu pour réaliser l’impossible ».

Le Freedom Center, « une première dans l’histoire de l’Irak », met en place des actions liés à « l’amélioration de la capacité des gens à vivre librement, que ce soit pour être physiquement libre dans leur société ou spirituellement libre dans leur cœur, puis à apporter des outils et des ressources pour leur donner de l’espoir dans le chaos et les conflits ».

« C’est une histoire étonnante de la fidélité de Dieu » continue la travailleuse humanitaire.

Mais sa plus grande fierté c’est son fils, un jeune homme kurde malentendant qu’elle a adopté en 2016. Il s’appelle Hawal ce qui en kurde signifie « Bonne nouvelle ». Issu d’une fratrie de huit enfants, le petite garçon atteint d’un handicap n’a jamais appris à parler, à lire ou à écrire. Heather Mercer qui était proche de sa famille, affirme que la mère d’Hawal était sa « meilleure amie ».

Lorsqu’ISIS est arrivé, explique l’américaine, l’adolescent a compris qu’il n’y avait pas d’avenir possible pour lui en Irak et tente de fuir vers l’Europe. Heather Mercer qui a toujours eu un lien particulier avec le garçon décide de l’aider. Elle réussit alors à lui obtenir un visa pour les Etats-Unis. Le jour du départ, la mère d’Hawal lui a remis la garde de son fils. « Ce n’est plus notre fils. Il est maintenant votre fils, et nous vous le donnons. Faites ce que vous pensez être le mieux pour son avenir, c’est votre fils » aurait-elle déclaré.

Après plusieurs années d’apprentissage pour l’un comme pour l’autre, Hawal est aujourd’hui diplômé de la Texas School for the Deaf, il a fait sa rentrée à l’Université cette année et obtiendra bientôt sa carte verte pour rester aux Etats-Unis.

Travailleuse humanitaire, mère adoptive, Heather Mercer est avant tout une disciple de Jésus. Elle explique que lorsqu’elle était plus jeune, du fait de son éducation spirituelle, elle avait une idée précise de ce à quoi cela ressemblait « d’aller changer le monde pour Jésus ».

« Vivre dans des zones de conflit m’a vraiment appris l’humilité » affirme-t-elle. « Je me rends compte que je suis une personne dans la grande histoire de Dieu pour accomplir Esaïe 61. Je veux être fidèle et je veux bien mener ma course. C’est ce sur quoi je me concentre » continue la chrétienne.

Elle conclut en déclarant que si elle croit toujours que Dieu nous « invite à une œuvre qui fera l’histoire », elle veut juste « l’aimer, aimer les gens et être courageuse dans sa mission qui est d’insuffler la liberté dans des endroits qui n’en ont pas encore fait l’expérience ».

Camille Westphal Perrier

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.