Une jeune chrétienne réduite en « esclavage » chez un médecin au Pakistan

Neha pensait pouvoir subvenir aux besoins de sa famille, mais elle est désormais considérée comme une esclave par ses employeurs.

Munawar Masih et Mehtan Bibi sont les parents de huit enfants. Ils vivent au Pakistan et leurs revenus sont très faibles. Au point qu’ils ont accepté que leurs deux aînées travaillent chez un médecin musulman en tant qu’aide ménagère.

Ce docteur promet à la famille 10 000 roupies pakistanaises par mois, soit 52 euros, pour le travail des deux fillettes, Neha 13 ans et Sneha 11 ans. Une somme qu’il ne payera d’ailleurs jamais, se contentant de verser moins du tiers de la somme prévue.

Pendant quatre années, Neha et Sneha travaillent chez ce médecin. Le Pakistan Christian Post parle d’une situation d’ « esclavage ». Les filles subissent de mauvais traitements, sont insultées et peuvent même être agressées physiquement. Elles sont séparées de leur famille qui n’est pas autorisée à leur rendre visite.

Sneha finit par tomber malade. Le médecin la renvoie chez elle, mais refuse de libérer Neha. Aujourd’hui, il affirme qu’elle est devenue musulmane. Il ajoute qu’il ne rendra la fillette que quand son père lui aura rendu 275 000 roupies pakistanaises, soit près de 1500 euros, somme qu’il estime lui avoir versé en trop.

Nasir Saeed, directeur du Centre for Legal Aid, Assistance and Settlement, dénonce un acte criminel.

« Peut-être que le Pakistan est le seul pays où de tels crimes se produisent quotidiennement sous le couvert de l’islam. On ne peut justifier à tout prix qu’une jeune fille se soit convertie à l’islam contre son gré et à l’insu de ses parents et maintenant elle ne peut pas être rendue à ses parents parce que ses parents sont chrétiens. »

M.C.

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.