Une réflexion du pasteur Saïd Oujibou pour combattre l’islamisme radical

Saïd Oujibou pasteur évangélique franco-marocain est engagé dans la lutte contre l’islamisme radical. Face aux récents événements qui ont touché la France, la décapitation du professeur d’histoire-géographie Samuel Paty ainsi que l’attentat de Nice, il l’affirme « on aurait pu prévenir et empêcher ».

Ayant vécu mon enfance dans les cités j’ai été témoin, et parfois même victime, de certains dysfonctionnements sociaux qui régissent ces lieux. J’ai eu la chance de rencontrer sur mon chemin certaines personnes qui ont donné un sens à ma vie.

Je connais bien l’islamisme, son idéologie et sa violence, c’est pourquoi j’ai voulu consacrer toute mon énergie à le combattre au travers d’actions concrètes de prévention.

Aujourd’hui, il me semble nécessaire de partager ma réflexion pour enfin combattre efficacement l’islam radical et, ainsi, empêcher de nouvelles morts. Je me sens cette responsabilité, en mémoire de Samuel Paty et de ces trois catholiques de Nice, car leurs vies et leurs témoignages pour la défense de la liberté de conscience et d’expression nous y obligent. Pour accomplir ce travail décisif de prévention, nous devons cartographier toutes les responsabilités, les répertorier, et proposer un plan d’action pour apporter des propositions pour les endiguer.

Car les responsabilités sont diverses. Elles sont à la fois endogènes et exogènes à l’islam :

Les causes endogènes à l’islam

Pour comprendre l’attentat de « Charlie Hebdo » et la décapitation de Samuel Paty du point de vue islamique, nous devons nous référer à la Sira du prophète qui relate l’exécution de Kaa’b IBN AL ACHRAF , commanditée par Mahomet contre ce poète juif de Médine qui a osé déclamer des vers jugés insultants pour le prophète.

« Qui me débarrassera d’Ibn al-Achraf ? »  (Ibn Hîcham, Sira–trad. Wahib ATALLAH, éd Fayard, p.229-232)

Il est politiquement correct de différencier islam et islamisme mais il faudrait aussi écouter ce que dit Anne- Marie Delcambre :

« L’islamisme n’est pas la maladie de l’Islam. Il est l’intégralité́ de l’Islam. Il est la lecture littérale, globale et totale de ses textes fondateurs. L’islam des islamistes, c’est tout simplement l’Islam juridique qui colle à la norme. (..) C’est donc, en fait, le désir d’application totale à la lettre, du Coran et de la Sunna » (p. 11 L’Islam des interdits)

L’islam n’est donc pas innocent des « dérives des islamistes » qui se laissent endoctriner par ceux qui prêchent la doctrine d’ « Al Walaa wal Baraa » ( en français, Loyauté et Hostilité à Allah), qui la professent ensuite et se réfèrent à des versets du Coran.

On peut également évoquer l’application de la Charia. Beaucoup de jeunes musulmans appellent de leurs voeux l’application de la charia dont les lois seraient divines comme le proclament certains versets et donc supérieures à celles de la République.

La mort de Samuel Paty et des trois catholiques n’était pas une fatalité, bien au contraire. 

Les jours qui ont précédé le crime auraient dû permettre d’agir et empêcher cette tragédie de la décapitation. Des militants islamistes l’ont ciblé, persécuté, calomnié, l’ont jeté en pâture sur les réseaux sociaux. La principale responsabilité étant, bien sûr, celle de ces réseaux islamistes bien installés dans notre pays.

Depuis le discours des Mureaux et celui de Mulhouse sur le séparatisme, les réseaux sociaux islamistes dépeignent la France comme islamophobe, persécutrice des musulmans, à l’image de la Chine avec les Ouigours ou de la Birmanie avec les Rohingyas. Pour certains islamistes la France laïque est devenue, en Occident, le principal théâtre du combat pour la victoire de l’islam.

Les causes exogènes à l’islam

On assiste à une compromission totale et dans tous les domaines, particulièrement à l’école. Les institutions se sont laissées piétinées, insultées, égorgées par un Islam conquérant qui a fait de l’entrisme en son sein depuis quelques décennies.

La place du professeur à l’école

L’éducation nationale a fait du professeur un « animateur » et non « un transmetteur » ; partant de ce constat, comment voulez- vous qu’il transmette les exigences de la langue française, les subtilités de notre culture, la liberté de conscience et le droit au blasphème défendus par nos philosophes ? A quel idéal civilisationnel ou culturel avons-nous appelé ces jeunes ? N’avons-nous pas bradé leur éducation et leurs diplômes ?

La république intoxiquée

Dans son histoire, la République française s’est montrée accueillante à l’égard des personnes victimes de persécutions, qu’elles soient raciales ou politiques. Mais à partir de 1990, l’Etat a commis une erreur en ouvrant le droit d’asile à des personnes qui n’auraient pas dû l’obtenir. Certaines d’entre elles, en effet professent un double discours défendant un islam salafiste qui méprise les valeurs fondamentales de la civilisation française, comme la liberté de conscience, de pensée, d’expression, comme l’égalité entre les femmes et les hommes, et la liberté religieuse notamment celle de changer de religion.

Voilà la gratitude de Abdoulakh Anzorov. Il n’a rien trouvé de mieux que d’assassiner un des hussards de cette République, qui remplissait avec enthousiasme sa mission : enseigner l’Histoire et l’instruction civique.

Une immigration non maîtrisée fait le lit de l’intégrisme.Toutes les organisations et officines islamistes savent approcher cette jeunesse issue de l’immigration en déshérence et la mobiliser en l’enfermant dans un déterminisme religieux racialiste.

Voici les mes cinq propositions pour endiguer cet islamisme radical :

Proposition 1
L’Islam doit engager une réforme en profondeur pour éradiquer l’idéologie islamiste qui prospère en son sein au travers de plusieurs organisations. Il est impératif que l’Etat français fixe, avec les organisations représentatives des musulmans de France, les modalités d’un concordat très clair interdisant toutes revendications religieuses contrevenant à la loi de 1905.

Proposition 2
Sans attendre, il est vital d’interdire et dissoudre toutes organisations islamistes en France. La France ne doit plus jamais rien céder aux salafistes, aux Frères musulmans, aux associations islamistes comme le CCIF.

Proposition 3
La culture française et ses valeurs doivent être enseignées dans un cours dédié à cela, car elles seules ont édifié ce pays. Le vrai défi est de faire en sorte que chaque jeune qui grandit en France se sente Français, par la culture, la langue et le sentiment d’appartenance.

Proposition 4
La République doit expulser, sans tarder, tous les étrangers ou binationaux qui ne respectent pas les lois françaises.

Proposition 5
Il faut faire émerger dans la conscience et le coeur des français un projet politique d’auto-défense civilisationnel. Nous croyons que le combat contre l’islamisme et tout ce qui lui permet de prospérer peut s’incarner dans un mouvement politique qui s’appuierait largement sur la société civile.

Saïd Oujibou
Crédit image : ventdusud / Shutterstock.com

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.