Une théologienne propose un partenariat entre les hommes et les robots dans l’église, ça vous tente ?

BlessU-2 peut vous bénir en 5 langues et SanTo vous éclairer avec des versets bibliques. Vous voulez devenir leur partenaire ?

Si vous vous rendez à Wittenberg, vous pourrez être accueilli par BlessU-2, un robot-pasteur mis en place par une église allemande à l’occasion des 500 ans de la Réforme. Ailleurs, SanTo répondra à vos questions par des références bibliques.  Mais comment réagit le public quand l’intelligence artificielle d’invite dans l’Église ?

BlessU-2 peut bénir les fidèles qui viennent à sa rencontre en 5 langues. Il commence par demander à la personne si elle souhaite qu’on lui parle avec une voix d’homme ou de femme. Celle-ci peut communiquer avec lui grâce à un écran tactile sur son torse. Quand le robot sait quelle type de bénédiction recherche la personne, il lève ses mains, qui s’éclairent, et il partage sa bénédiction. BlessU-2 peut même imprimer cette bénédiction si vous le souhaitez.

Stephan Krebs, de l’église protestante de Hesse et de Nassau, explique qu’il a souhaité « susciter un débat ». Il précise que l’objectif n’est pas de « robotiser notre travail d’église, mais voir si nous pouvons apporter une perspective théologique à une machine ».

« Nous voulions que les gens se demandent s’il est possible d’être béni par une machine ou s’il faut un être humain. […] L’idée est de susciter un débat. Les gens de la rue sont curieux, amusés et intéressés. Ils sont vraiment ravis et très positifs. Mais à l’intérieur de l’église, certaines personnes pensent que nous voulons remplacer les pasteurs humains par des machines. Ceux qui sont proches de l’église sont plus critiques. »

SanTo est quant à lui un petit robot d’une quarantaine de centimètres. Ce Sanctified Theomorphic Operator a été conçu par Gabriele Trovato pour soutenir les personnes âgées dans leur solitude. Il répondra à vos questions par des références bibliques. Par exemple, si vous lui parlez de votre inquiétude, il pourra vous répondre :

« D’après l’Évangile selon Matthieu, ne vous inquiétez pas pour demain, car demain s’inquiétera de lui-même. À chaque jour suffit sa peine. »

Ilia Delio, soeur franciscaine, titulaire de deux doctorats et d’une chaire de théologie, envisage, quant à elle, un « partenariat entre les hommes et les robots ».

« Nous avons tendance à penser soit l’un, soit l’autre : c’est nous ou les robots. Mais il s’agit de partenariat, pas de remplacement. Ce peut être une relation symbiotique – si on l’aborde de cette façon. »

Face à cet engagement des robots dans le domaine de la foi, Kevin Kelly, chrétien et cofondateur du magazine Wired, s’interroge.

« Il y aura un moment dans le futur où ces êtres libres que nous avons créés nous diront : ‘Je crois en Dieu. Que dois-je faire ?’ À ce stade, nous devrions avoir une réponse. »

Lui a trouvé une réponse, développer un « catéchisme pour les robots ». Vaste programme.

M.C.

 

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.