L’Eglise anglicane présente ses excuses pour ses liens passés avec l’esclavage

eglise-anglicane-excuses-esclavage.png

L’Eglise d’Angleterre a présenté mardi ses excuses pour les liens passés avec l’esclavage d’un organisme financier qui lui est lié, aujourd’hui engagé dans un vaste processus de dédommagement des communautés victimes.

« Je suis profondément désolé », a réagi l’archevêque de Canterbury Justin Welby, le chef spirituel de l’Eglise anglicane. « Le temps est venu de prendre des mesures en réponse à ce passé honteux ».

This report lays bare the links of the Church Commissioners’ predecessor fund with transatlantic chattel slavery. I am deeply sorry for these links.

Only by addressing our past transparently can we face our present with integrity. https://t.co/KlyqyLY66V

— Archbishop of Canterbury (@JustinWelby) January 10, 2023

 

Le rapport publié mardi est consécutif à des révélations en juin 2022 selon lesquelles « la dotation des Commissaires de l’Eglise avait des liens historiques » avec le commerce transatlantique des esclaves.

L’organisme des Commissaires de l’Eglise d’Angleterre a été créé en 1948, en partie avec une donation d’un fonds remontant à la reine Anne en 1704 destiné à aider les membres du clergé les plus pauvres.

Or le rapport révèle que ce fonds avait investi des « montants importants » dans la South Sea Company, qui faisait le commerce des esclaves africains. Il avait de plus reçu des dons qui provenaient de personnes impliquées dans la traite des esclaves et dans l’économie des plantations.

« Les Commissaires de l’Eglise sont profondément désolés pour les liens de leurs prédécesseurs avec la traite transatlantique des esclaves », a déclaré l’organisation dans un communiqué.

L’organisme a promis un fonds de 100 millions de livres (113,1 millions d’euros) pour les neuf prochaines années pour « un futur meilleur et plus juste pour tous ».

Cet argent ira en particulier aux « communautés qui ont été touchées par l’esclavage ». Une partie des fonds sera destiné à approfondir les recherches sur les liens entre l’Eglise et l’esclavage.

Le président adjoint des Commissaires de l’Eglise, l’évêque de Manchester David Walker, a déclaré que l’organisme espérait maintenant créer un « héritage positif durable, qui servira aux communautés touchées par l’esclavage ».

Les Commissaires de l’Eglise gèrent un fonds d’investissement de 10,1 milliards de livres (11,4 milliards d’euros) pour soutenir les activités de l’Eglise et du clergé.

« Rien de ce que nous ferons, des centaines d’années après, ne rendra leur vie aux personnes réduites en esclavage », ont écrit les Commissaires en introduction à leur rapport.

« Mais nous pouvons et nous allons reconnaître l’horreur et la honte du rôle de l’Eglise dans la traite des esclaves, et à travers des réponses, nous allons chercher à commencer à répondre aux injustices commises ».

L’Eglise d’Angleterre a déjà présenté ses excuses pour ses liens passés avec l’esclavage, alors que la Grande-Bretagne fait face à l’héritage de son passé colonial.

En 2020, l’Eglise avait qualifié de « honte » le fait que certains de ses membres avaient « activement profité » de l’esclavage.

La Rédaction (avec AFP)


Dans la rubrique Église >



Les nouvelles récentes >

Société , Tous les articles , Actualités

"Face à l’extrême droite" : l’Eglise protestante unie de France appelle les chrétiens à "se tenir à l’écoute de l’Evangile"

Le président Emmanuel Macron a dissous l’Assemblée Nationale et convoqué des élections législatives en juillet prochain. L’Eglise protestante unie de France a pris la parole pour encourager les chrétiens à voter selon les valeurs prônées par l’Evangile.

Icône d'horloge grise décrite